RSS
RSS


Forum NC18 - Contient de la violence et de l'érotisme.
 
Ça y est, l'hiver est bel est bien installé ! Il fait froid dans la ville et il faut donc penser à se couvrir, même si quelques journées
semblent plus douces que d'autres. Les fêtes de fin d'année sont passées et une nouvelle année débute à Kyushu !
Après pourtant de douces années de tranquillité maintenant par les Justiciers, les inquiétudes planent à nouveau sur la ville.
Des gens disparaissent, des cadavres sont retrouvés. Une nouvelle drogue fait son apparition sur le marché. Plus puissante, elle
mène cependant à la mort. Est-ce le Lycoris Sanglant qui est à l'origine de cette drogue ? Non... Quelque chose de pire se prépare...
Alors ?

 :: Présentation des personnages :: Les fiche des thérianthropes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ryan Ortiz - Vivre à 200 à l'heure (En cours)

avatar

Race : Loup de Colombie Britannique (Canis lupus columbianus)
Date d'inscription : 14/05/2018
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Masculin
Messages : 8
Emploi : Pollen en charge d'une partie de la distribution de drogue du LS
Humeur : Charmeur~
Dominance : Dominant parfois ambivalent ?
Nouveau tout mignon ♥
Voir le profil de l'utilisateur




Ryan Ortiz
Nouveau tout mignon
Lun 14 Mai - 11:24

Ryan Ortiz


Prénom Ryan
Nom : Ortiz
Surnom : "Bella Muerte" (c'était son surnom d'assassin dans l'ancien gang où il était)
Date de naissance : 11 Novembre
Âge : 25 ans
Sexe : Masculin
Origines Canadiennes et colombiennes (ainsi que porto-ricaines et amérindiennes) 
Nationalité : Canadienne
Orientation sexuelle : J’aime énormément la compagnie des femmes…et de quelques mecs s’ils montrent assez de cran.
Emploi : Organisateur de courses de voitures, pollen gérant une partie du trafic de drogues en faisant passer la marchandise via les voitures de course.
Groupe : Ombre
Race : Canidé - Loup de Colombie Britannique (Canis lupus columbianus) - Petit gabarit  

Identification


Goût : 
Ce que j'aime :
Pas mal de choses mais certaines me font disons...vibrer plus que d'autres. Parmi elles, vous pouvez déjà compter les belles bagnoles et ce que j’entends par là, je ne parle pas de ces vieilles voitures de collection qui vous coûtent plus en entretien qu’autre chose, non. Je parle bien de bolides dans le genre de celle que je possède : une splendide Lamborghini Aventador noire édition Tron…un vrai bijou qui fait ma fierté.
Alors évidemment qui dit femmes, dit que j’aime le sexe. J’ai beau passer de la drogue via les courses que j’organise, la seule dont je sois vraiment accro c’est le sexe… c’est simple : là où d’autres préfèrent une cigarette, un verre ou un joint pour se détendre moi je préfère me retrouver entre les cuisses d’une femme. C’est plus jouissif et ça coûte moins cher…ou presque. Tout dépend d’où je me rends.
J’adore aussi mon frangin Chase et mes ennemis voient souvent en lui mon point faible…mais ça c’est parce qu’ils ne réalisent pas le potentiel qu’il a en matière de combat.
Ça ce sont les trois choses essentielles qui animent mon existence, sinon dans tout ce qui est secondaire, je dois admettre que j’aime les belles fringues : garder mon style un peu latino tout en ayant une certaine classe. J’aime aussi la bonne musique et pas seulement celle typiquement de chez moi mais aussi du bon rap…
Question loisirs, je suis assez cinéphile et je ne compte plus le nombre de dvd et Blu-ray que j’ai dans mon salon avec mon home cinéma. Je pourrais dire que dans l’ensemble, j’ai plus une préférence pour les films d’action, les thrillers, les films d’horreur et les bonnes comédies bien poilantes dans le genre de « Scary movie ». …Bon je ne suis pas contre un porno de temps en temps.
Niveau cuisine, je ne suis pas vraiment ce qu’on appelle un difficile mais…vous me verrez très rarement dans un fast-food. En revanche si vous connaissez l’adresse d’une bonne pizzeria, je ne serai pas contre le fait que vous me la filiez, histoire que j’y fasse un tour. Autrement, je ne vais pas cacher que j’aime cuisiner que ce soit pour moi seul ou parce que je reçois du monde…
…Ah tiens en parlant de recevoir du monde, j’adore organiser des fêtes chez moi. Disons que ça me permet d’établir des contacts pour mes petites affaires. Comme on dit « autant joindre l’utile à l’agréable, pas vrai ?

Maintenant passons à ce que je n’aime pas, ce qui me rebute, bref ce qu’il ne faut pas faire, dire ou se permettre pour rester dans mes bonnes grâces et ne pas vous retrouver avec mon flingue sur la tempe…
Première chose qui me fout hors de moi…Qu’on touche à mon frère pour m’atteindre. Tentez d’enlever, de tabasser ou de vous en prendre à Chase de quelle que manière que ce soit et vous me trouverez sur votre chemin…mais je serais très loin de me montrer très amical avec vous. Tout comme je serais très loin d’être gentil si….
…Vous jouez sur deux tableaux avec moi. J’ai beau être assez comment dire…tolérant et calme, je n’aime pas qu’on se foute de ma gueule. Je n’utiliserais pas forcément la violence mais je vous ferais passer l’envie de recommencer. Et ça, ça vaut aussi sur le plan professionnel que sur le plan amical, cul ou sentimental.
La trahison est une des choses que je ne laisse pas passer et si ça ne tenait qu’à moi, je collerais une balle dans le crâne de ceux qui m’ont trahi et je n’aime pas le mensonge non plus.
Je ne supporte pas les ordres et au risque d’être contradictoire… j’obtempérerais par respect pour ma hiérarchie mais j’ai toujours eu comme… un petit problème avec l’autorité. Alors évidemment me voir rabaissé … je supporte mal.
Sur les plans loisirs, je n’aime pas trop les films dit policiers ni les westerns. Je regarde très peu ceux de science-fiction et pas du tout les comédies romantiques et dramatiques. Et oubliez les vieux films en noirs et blancs ou alors donnez-moi de bonnes références. Sur le plan musical, je n’aime pas la country, le classique et le rap vulgaire que je considère comme pourri.
Même si j’aime les femmes en général, je ne supporte pas celles qui prennent leurs visages pour une palette de peinture sur laquelle elles font des essais. C’est simple : une femme trop maquillée je trouve ça encore plus vulgaire qu’une nana habillée trop court. D’ailleurs je ne comprends même pas celles qui se croient belles avec leurs contouring…
Alors si vous espérez me conquérir ou juste finir soit sur la banquette arrière de ma voiture ou même dans mon lit, évitez toute forme d’artifices. Ou alors faites en sorte que le résultat reste naturel.
Bref ! Dans les grandes lignes et que ce soit homme ou femme, je n’aime pas les personnes fausses et les trop grandes gueules qui ont la manie de se mêler de la vie des autres en prétextant vouloir les aider. Si vous aimez le commérage, postulez donc pour un poste de concierge dans un immeuble.


Caractère : (minimum 200 mots - qualités, défauts, manies, craintes,...)
Physique : (minimum 200 mots - taille, poids, carrure, cheveux, yeux, visage, style vestimentaire,...)

Révélation



Histoire : 
Les origines d’une enfance chaotique :
Porto-Rico, une nuit d’été…
Dans une ruelle sombre, un homme se tient debout contre un mur, le souffle haletant et la main sur son flanc légèrement ensanglantée. Son aura de renard gris du Venezuela commence à sortir peu à peu, perdant momentanément le contrôle dans un état de panique et de méfiance… il est en fuite et baisse les yeux sur sa plaie qui saigne. Il doit se soigner et vite avant que les gouttes de sang qu’il a involontairement semées ne mènent ses poursuivants jusqu’à lui.
Il se souvient, alors avoir chipé des compresses, de l’alcool médical et quelques strips autocollants dans un hôpital. Mais avant de se soigner, déjà reprendre le contrôle de son aura…si les autres ne sentent pas sa présence à cette dernière, il bénéficiera d’un petit sursis. Cristobal Muñoz pourrait même espérer fuir Porto-Rico pour se rendre dans un autre état et témoigner en échange d’un programme de protection. 
*Je n’ai pas le choix. Je dois tenter le tout pour le tout. *
Il retrouve peu à peu son calme et son sang-froid et arrive à résorber son aura. D’une main sûre, il sort de ses poches le matériel dérobé et commence à soigner sa plaie en la nettoyant et en la désinfectant, jetant de temps à autre un regard en direction de l’entrée de la ruelle et se tenant à l’écoute du moindre bruit suspect. Il sort les strips autocollants et referme soigneusement sa plaie afin d’empêcher tout nouveau saignement.
Quand il constate que plus aucune goutte de sang ne tombe et ne le trahisse, il quitte la ruelle en remontant le col de son blouson de cuir pour se diriger vers une cabine téléphonique. Il compose un numéro nerveusement puis attend deux puis trois tonalités avant qu’une voix masculine ne lui réponde.
« Je vous dirai tout ce que vous voulez savoir…mais à mes conditions.
-Monsieur Muñoz ? Retrouvez-nous au coin de la quatrième ruelle…et soyez discret. »
A peine le dernier mot prononcé, Cristobal raccroche et sort de la cabine en jetant des coups d’œil furtifs autour de lui. Il se rend au lieu de rendez-vous où l’attend un véhicule sombre duquel la portière arrière s’ouvre. Et alors qu’il entend des pas de course derrière lui, Cristobal accélère et se jette dans l’habitacle avant de refermer la portière…
« Roulez ! Et vite ! Ils m’ont retrouvé ! »
Le conducteur de la voiture sombre démarre pied au plancher et disparaît dans la nuit, laissant les poursuivants de Cristobal Muñoz sur leur faim…

Naissance en terre promise…
Quelques jours plus tard, Cristobal Muñoz était dans un bureau du FBI de Vancouver, assit à une table d’interrogatoire.
« A partir de quel moment avez-vous compris que les activités de ce gang n’étaient pas celles qu’on vous avaient décrites, au départ ? Quand vous-êtes vous rendu compte qu’ils blanchissaient l’argent de la drogue ? »
Cristobal regarde l’homme qui vient de lui poser la question, se remémorant la moindre scène, le moindre moment…puis ses yeux noisette se pose sur la porte qui vient de s’ouvrir. Une splendide jeune femme d’origine amérindienne vient de faire son entrée. Elle est belle, la peau un peu mate, les cheveux longs et ondulés noirset les yeux tels deux émeraudes surmontés d’une paire de lunettes.
« Harry, tu n’as pas trop traumatisé notre témoin, je l’espère~ ? »
« Cheyenne…dans l’immédiat ce sont ta plastique et toi qui le perturbe.
-Hmm navrée mon chou, mais je suis là pour réguler tes élans de mauvais flic. »
Elle pose la pile de dossier et tend une main fine aux ongles vernis d’un orangé irisé rose.
« Agent Cheyenne Cartwell. Je suis là pour l’affaire du gang Sangre de la Rosa et aussi pour que cet idiot ne vous traumatise pas… »
Elle se penche, avant de chuchoter à l’oreille de Cristobal qui rosit.
« C’est que mon cher collègue peut devenir infect quand il perd patience. Vous avez déjà beaucoup subi, pas la peine d’en rajouter une couche…hmm~ ? »
Elle lui adresse un clin d’œil avant de prendre une chaise et d’ouvrir le dossier. Cristobal se ressaisit et répond à la question de l’homme : ce soir-là, il s’était rendu aux wc. En cherchant la pièce, il s’était trompé de porte et l’avait ouverte sans se poser de questions…mais au lieu de voir des sanitaires, il avait surpris des membres du gang en train de blanchir l’argent des ventes de la drogue pour gonfler la somme.
En restant il s’était fait surprendre par l’un d’eux. L’homme lui avait « conseiller » de fermer sa bouche sur ce qu’il a vu sans quoi il devrait en payer les conséquences.
« Et votre famille, vous avez fini par les mettre au courant ? »
« Je n’ai pas eu d’autre choix. »
Il ajoute que le soir où il s’est décidé, il s’était aperçu trop tard qu’il avait été observé.
« A cet instant, j’ai su et compris qu’en me livrant à ma famille, je venais de signer mon arrêt de mort et le leur. Alors j’ai décidé de prendre la fuite pour les protéger. »
Durant tout l’interrogatoire, l’homme chargé de détecter la moindre incohérence confirma la véracité des propos de Cristobal.
« Nous vous remercions pour vos renseignements et votre coopération, Monsieur Muñoz. Nous allons, dès à présent, commencer votre programme de protection. Il vous faudra de nouveaux papiers avec un nouveau nom et nous vous donnerons une nouvelle demeure. »
Cristobal met un temps à répondre puis demande silencieusement pardon à sa famille restée en Colombie avant de hocher de la tête et de signer les papiers que lui tend l’agent Cartwell. Avec cette signature, c’est une nouvelle vie qui s’offre à lui et loin de tout : de la drogue, de la Sangre de la Rosa…mais aussi de sa famille.

Un an plus tard…
Cristobal Munõz est devenu Jake Ortiz, citoyen canadien, barman et surtout…nouvellement père de deux magnifiques jumeaux que Cheyenne et lui avaient baptisé Ryan et Chase. Sa partenaire savait que fréquenter un protégé fédéral pourrait l’exposer à d’énormes risques…notamment celui que leur relation soit découverte par le gang Sangre de la Rosa et ne les fasse remonter jusqu’à Jake. Mais Cheyenne n’est pas femme à qui on dicte quoi faire et comment vivre…et surtout qu’à partir du moment où elle avait signé avec les fédéraux à son arrivée dans les bureaux de Vancouver, elle savait qu’elle trempait déjà dans des risques énormes.
En la fréquentant, Jake avait eu la surprise d’apprendre qu’en plus d’avoir des origines amérindiennes et canadiennes, Cheyenne possédait également du sang Porto-Ricain qu’elle tenait de son père…alors évidemment, parler la langue latine ne lui posait aucun problèmes. D’autant qu’elle avait avoué s’être déjà retrouvée infiltrée dans une filiale du gang Sangre de la Rosa, par le passé, dans le cadre d’une affaire…mais elle s’est passée de dire ce qu’on l’avait obligée à faire.
Dans la chambre, de la clinique, où elle vient à peine d’être transférée après plus de dix heures de travail en salle obstétrique, Cheyenne peut admirer ses deux petits canidés : l’un est un loup de Colombie Britannique comme et le second un petit renardeau gris du Venezuela tout comme son père, tous deux reposant sur son ventre…
« Je suis si fier de toi, chérie. Ils sont vraiment magnifiques, des jumeaux en plus. Je ne pouvais pas rêver mieux. »
En effet, les jumeaux sont rares chez les thérianthropes et cela pouvait peut-être être mis sur le compte que les deux parents étaient des canidés de petit gabarit. Il caresse doucement chacun de ses fils avant de regarder Cheyenne qui sourit tendrement devant cette scène de famille dont elle rêvait depuis le début de son histoire avec Jake…
« Tu penses que ce sont des vrais ? »
Cheyenne rit avant de faire un clin d’œil à son homme avant de regarder ses fils…
« Les médecins m’ont assuré que non car leurs formes animales ne sont pas de même races…cependant, même en étant de faux jumeaux, ils pourront se ressembler comme des vrais et qu’on pourrait avoir énormément de mal à les discerner. Mais pour le moment, ce n’est pas visible parce qu’ils sont tout petits.
- Dans ce cas, il ne manquerait plus que nos fils se mettent à jouer au jeu du miroir quand ils grandiront…ce serait la totale. »
Des rires éclatent, alors, dans la chambre pendant que le louveteau se met à bâiller. Des rires qui précéderont des larmes…et une descente aux enfers pour les deux frères Ortiz.

Une enfance et une adolescence détruites
Malheureusement, le gang Sangre de la Rosa les avait retrouvé depuis quelques temps, déjà et les surveillait. Et lorsque Cheyenne avait accouché ce soir-là, une taupe se trouvait parmi le personnel médical qui s’était occupé de la jeune femme. La nouvelle de la naissance des jumeaux Ortiz ne mit donc pas très longtemps à parvenir aux oreilles de Miguel de la Cruz, le chef du gang… Depuis le temps qu’il courait après cet homme et qu’il ne pouvait pas encore atteindre à cause de ce foutu programme de protection. Menacer sa famille n’avait servi à rien non plus et il l’avait faite massacrer en cherchant Cristobal qui avait déjà pris de l’avance voilà un an.
« Si je ne peux pas l’atteindre, je ferais ce qu’il faut pour enrôler ses fils…quitte à le tuer lui et l’agent avec laquelle il s’est marié et a copulé pour les avoir. Tu as leurs noms ?
-Ouais, boss. Ils les ont appelés Ryan et Chase.
-Et le nouveau nom de famille de notre fuyard est…. ?
-Ortiz. Jake Ortiz. »
Il venait d’avoir tous les éléments en main pour monter son plan d’attaque : il attendrait que les deux garçons grandissent et une fois adolescents, il se débarrasserait de Cristobal et de sa femme pour s’accaparer les deux jumeaux et devenir décisionnaire de leurs vies.
Les années passèrent et les deux garçons grandirent dans un foyer aimant. Sur le plan scolaire, Chase et Ryan n’étaient pas vraiment ce qu’on pouvait appeler des élèves modèles, mais travaillaient tout de même d’arrache-pied afin de ramener de bonnes notes. Cependant…on ne pouvait pas, non plus, dire que les deux garçons étaient des solitaires, bien au contraire : si jeunes et déjà deux vrais séducteurs en herbe…et taquins avec les filles qui se réunissaient toujours autour d’eux.
Et en grandissant, cela ne s’arrangea pas.
Du côté de l’apprentissage à contrôler leur aura, cela avait commencé quatre ans auparavant alors que les jumeaux étaient âgés de huit ans. Cela faisait tard, mais ils avaient dû quitter le Canada pour les États-Unis suite à une mutation de Cheyenne à un bureau situé à Manhattan et avaient dû déménager dans le quartier de Brooklyn. Le déménagement, le temps d’adaptation et le caractère un peu difficile des deux garçons qui grandissaient avait eu raison d’un apprentissage qui aurait dû commencer à leurs six ans. Et bien que ça ne faisait que quatre ans, ils avaient tout emmagasiné et maîtrisé ce que leur père leur avait montré. Ce n’était pas encore la perfection mais ils maîtrisaient très bien leurs auras.
Puis il y eu un après-midi, alors qu’un barbecue était organisé chez les Ortiz, Ryan et Chase s’occupaient de préparer la table et le repas sous les yeux de leurs parents. Un juron avait retentit quand Chase avait glissé un glaçon dans le pantalon pantalon de Ryan, mais l’attention des garçons avait été attirée par un véhicule qui s’était arrêté devant leur barrière.
Jake avait aussitôt compris le danger et ordonné à ses enfants de rentrer, malgré les plaintes de Ryan. Il avait alors pesté et saisit son jumeau par le poignet avant de l’entraîner avec lui à l’intérieur de la maison, laissant son père et sa mère face à ces visiteurs de dernières minutes. Confinés dans leur chambre, ils entendirent des éclats de voix et Ryan se précipita près de son frère, à la fenêtre.
En voyant la tournure des événements, Ryan avait attrapé son frère et l’avait plaqué contre son torse en mettant une main sur la bouche de ce dernier afin que les types ne les repèrent pas… Quatre bruits de détonation qui résonnent dans la rue et Ryan vit ses parents s’écrouler dans l’herbe, avec une balle dans la poitrine et le crâne chacun.
A 15 ans, les deux fils de Cristobal étaient maintenant seuls et complètement livrés à eux-mêmes.

La seconde « famille »…
Suite à la mort de leurs parents, les jumeaux furent placés dans un petit foyer bondé de Brooklyn. Mais à leur âge et étant traumatisé d’avoir assisté à la mort de leurs parents, les deux jumeaux Ortiz avaient sérieusement commencé à mal tourner… Ils avaient commencé à voler dans les magasins du coin et un jeune du foyer plus vieux qu’eux, leur avait même appris à voler des voitures et des motos en ne les démarrant qu’avec les fils dénudés de leurs gaines.
Mais ils ignoraient qu’ils étaient observés depuis l’enterrement de leurs parents. D’autant que Chase se retrouvait régulièrement impliqué dans des bagarres de rue jusqu’à ce que Ryan vienne le tirer d’affaire à chaque fois. Pour l’envoyé de Miguel qui les surveillait depuis qu’ils avaient abattus leurs parents, les deux ados étaient à point et quoi de mieux que de jouer la carte de la famille pour s’attirer les faveurs des deux orphelins ?
Et un beau soir…
Ryan faisait le guet pendant que Chase chapardait dans une petite épicerie. Une fois le jeune homme revenu, les bras chargés, le deux filent en courant vers la maison où ils vivaient avec leurs parents. Cette dernière n’avait pas encore trouvé d’acheteurs durant ces deux mois, à cause du meurtre de leurs parents qui les faisaient fuir et les jumeaux en avait fait leur repère, s’introduisant illégalement dans la demeure pour échapper à la vie du foyer et s’y retrouver après leurs divers larcins.
Mais arrivés à la barrière, Chase aperçut une voiture garée devant… Une voiture semblable à celle dont les occupants avaient exécutés ses parents, deux mois plus tôt. La fenêtre se baissa laissant apercevoir le visage de Miguel de la Cruz, un sourire mesquin aux lèvres.
« Alors c’est donc vrai ce qu’on m’a raconté ? Ce cher Cristobal a bien eu des jumeaux.
-Nous ne connaissons pas ce… Cristobal dont vous nous parlez. Vous devez faire erreur sur la personne. »
Ryan fit signe à son frère de le suivre et passa la barrière de la maison quand, la voix de l’homme les interpella.
« Vous êtes bien Ryan et Chase Ortiz, pourtant ? »
Les deux garçons se regardèrent avant de se retourner vers leur interlocuteur, l’air sombre et interrogateur.
« Vous êtes le portrait craché de votre père.
-Et d’où vous nous connaissez, vous ?
-Oooh je vous suis depuis votre naissance, amigo. A l’enterrement de vos parents, j’étais là aussi. Pas très loin mais là… »
L’homme sortit de la voiture, ajusta la veste et s’approcha des deux adolescents qui formaient comme un mur devant la porte d’entrée. Ils se soutenaient l’un l’autre, devant cet inconnu qui semblait un peu trop en savoir sur eux. Mais pourquoi ? Et quel était son lien avec leur père ? Ryan jeta un coup d’œil en coin à son frère et hasarda alors la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu’il avait vu le véhicule.
Était-il celui qui avait tué leurs parents ? L’homme prit un air faussement contrit et reconnu les faits, même s’il n’avait pas souhaité que cela se fasse devant les deux jeunes garçons. La colère monta dans le cœur des jumeaux, avant que l’homme ne poursuive et que contre toutes attentes, ne leur propose de venir avec lui. Qu’il pourrait leur offrir une meilleure vie, les nourrir, les loger et même effacer leurs casiers. En échanges cependant de services, dont il taisait pour l’instant la nature et qu’il expliquerait s’ils acceptaient.
Ryan regarda l’homme puis son frère et réfléchit. Il y avait deux mois, ils avaient tout perdu et depuis, ils vivaient dans un foyer bien trop bondé pour qu’on fasse attention à eux. Ils savaient voler voitures et motos, Chase se battre et de plus, ils étaient complémentaires lorsqu’ils commettaient leurs larcins. Il n’aimait pas la décision qu’il s’apprêtait à prendre mais si son frère et lui pouvaient se trouver même sous une semi protection… Et puis cela pourrait peut-être leur permettre de se venger…
« C’est d’accord.  Et pour les flics ?
-La moitié d’entre eux bossent pour moi, niño.  Et puis… Vous êtes des gamins. Alors comment allez-vous racheter cette casa, sans compter les charges ? »
De ce côté-là, le type n’avait pas tort. Et puis, même s’ils avaient réussis à garder la maison, comment auraient-ils pu payer les factures ? Chase baissa la tête et Ryan accepta la proposition de Miguel, à condition d’en plus d’être nourrit et logé, être bien fringué et surtout, pouvoir récupérer leur maison.
Miguel sourit. Si physiquement Ryan tenait de Cristobal, il était beaucoup plus sûr de lui que son défunt père. Le gosse avait du cran et il adorait ça. Son frère semblait en avoir également mais le cachait mieux que le jeune loup face à lui. Il accepta et promit de les traiter comme ses fils.
« Prenez vos affaires et venez avec moi. Votre nouvelle vie commence maintenant. »
En suivant cet homme qui devenait leur père adoptif, Ryan et Chase entamèrent ainsi leurs vies de gangster au sein de la branche Américaine de la Sangre de la Rosa, le Bloody Moon Rose.

« Bella Muerte »
Six années étaient passées depuis la mort de leurs parents, que les jumeaux vengeraient dès que l’occasion se présenterait. Ryan et Chase avaient été adoptés par Miguel immédiatement après leur conversation devant la porte de leur maison, ce dernier ayant fait accélérer les procédures d’adoption déjà particulièrement laxistes aux États-Unis et ils vivaient depuis sous l’aile d’un dragon. Mais même en étant considérés comme ses fils adoptifs, Miguel avait insisté pour qu’ils commencent au bas de l’échelle au sein du gang…histoire de ne pas montrer son favoritisme aux autres membres.
Au fil des années les deux garçons n’avaient eu de cesse de faire leurs preuves et de démontrer à Miguel qu’il avait fait le bon choix en les prenant sous son aile. Les deux frères avaient gagné en réputation au sein du groupe et si Chase s’était fait remarquer pour ses capacités au combat et à torturer les mauvais payeurs à l’aide de ses poings…Ryan s’était fait remarquer par ses talents de conducteur en matière de courses et transports illégaux et par son goûts pour les belles voitures.
Depuis le premier jour, Miguel avait remarqué le sang-froid dont pouvait faire preuve Ryan, depuis le moment où l’adolescent avait accepté de le suivre, mais en imposant ses conditions avec un aplomb qui l’avait scotché pour son jeune âge.
Ryan et Chase avaient bien grandi depuis, et se ressemblaient comme deux gouttes d’eau : même physique, même voix grave, même charisme auprès des autres. Seules leurs coiffures et leurs styles vestimentaires les différenciaient. A la fois rock et biker pour Chase, décontractée et BCBG pour Ryan. Son bon goût ne frappait pas seulement les voitures mais également sur le plan vestimentaire et en matière de femmes. Il était sur le point de se faire un nom.
Ce jour-là, Miguel se trouvait dans son bureau, Ryan face à lui et adossé contre un mur, lorsque Chase entra dans le bureau pour lui faire son rapport de sa dernière visite chez les mauvais payeurs relevés pour le mois. Sur la liste que vient de déposer Chase sur son bureau, bon nombre de noms sont rayés avec le montant dû à côté accompagné d’une encoche verte. Tous sauf un…Rosa Sanchez. Une jeune femme qui n’avait toujours pas payé et qui demandait une nouvelle rallonge pour avoir le temps de régler sa dette. Cela faisait plusieurs fois que Miguel envoyait Chase la prévenir, déjà.
Ce dernier lève les yeux vers Ryan, avant d’ouvrir un tiroir de son bureau et de sortir une mallette avec soin, qu’il pose sur le bureau en direction de Ryan.
« Je veux que tu deviennes mon exécuteur, Ryan.
-Ton exécuteur ?
-Oui…ton travail consistera à tuer ceux qui n’ont pas payé. S’ils ne peuvent me donner d’argent alors leurs vies m’appartiennent et j’en fais ce que je désire. Elles deviennent leurs monnaies d’échange. »
Cette idée ne plaît pas vraiment à Ryan mais il se garde bien de le montrer à Miguel. Pourquoi lui ? Parce qu’il savait garder son sang-froid quand la situation l’exigeait et qu’il avait du cran. Miguel le savait et c’était pour cela qu’il le pensait digne du poste.
« J’ai juste trois exigences : que le travail soit fait, que ce soit net et efficace. Et sois très discret aussi. »
Ryan regarde le contenu de la mallette et demande l’adresse avant de se rendre dans sa villa se préparer, accompagné de Chase. Ce dernier peut voir dans le regard de son jumeau que cette idée de devoir ôter la vie d’autrui ne lui plaît pas…mais les affaires sont les affaires et c’était le deal dès le départ. Ryan s’approche de son frère et sourit avant de le tapoter sur l’épaule puis quitte sa chambre en emportant gants et la mallette contenant son arme et son silencieux.
Ce soir-là, habillé de noir, Ryan s’est rendu à l’adresse de Rosa Sanchez à la porte de laquelle il a sonné. Lorsque cette dernière lui a ouvert, elle n’a pas eu besoin d’explication et savait qui était ce beau latino qui lui faisait face et surtout POURQUOI il était là. Là où d’autres l’auraient supplié de leur laisser la vie sauve ou auraient tenté de s’échapper, elle se recula pour le laisser entrer. Pourquoi reculer ? Elle savait très bien ce qui l’attendait : le frère de l’homme face à elle avait menacé sa famille à de nombreuses reprises, il fallait bien que ce jour arrive.
Oui, elle allait mourir ce soir, mais elle était de ceux qui affrontaient la mort en la regardant en face. Ryan entra et explora du regard les pièces adjacentes à l’entrée.
« Tu as une dernière volonté avant de mourir ? »
Elle acquiesce tout en déglutissant. Elle désirerait une dernière nuit de plaisir avant de mourir. De plus, elle avait reconnu l’homme dont lui avait parlé l’une de ses amies, qui lui avait parlé de ses prouesses au lit.
Il réfléchit et finit par secouer négativement la tête avec une pointe de regret de ses yeux noisette…
« Je me dois de refuser… En d’autres circonstances, j’aurais accepté mais là je ne peux pas. »
Coucher avec elle représenterait trop de risques pour lui et Miguel avait bien exigé de la discrétion venant de sa part. Alors s’il s’adonnait à une baise avant l’exécution, il laisserait ses empreintes ADN sur la jeune femme et il ne pouvait pas se permettre de commettre une telle erreur.
Ryan la scrute : elle est comme lui. Elle peur mais ne le lui montre pas. En revanche, il peut lire une petite déception mêlée à de la compréhension dans les yeux verts de sa victime. Il posa la mallette sur la table basse du salon pendant qu’elle se sert un verre de scotch afin de se donner un peu de courage. Il enfile ses gants et sort son arme, préparée au préalable, et met son silencieux avant de se tourner vers sa victime.
« Je peux juste t’accorder une seule chose. »
Il n’en dit pas plus et enlace la jeune femme avant de presser ses lèvres contre les siennes…encore chaudes. Dans quelques secondes, elles auront une autre température : celle de la froideur d’un cadavre. Tout en l’embrassant, il colle le canon de son silencieux sur le tissu de la nuisette à l’emplacement du cœur, enlève la sécurité et appuie sur la détente… la détonation est sourde, camouflée pendant que ce corps qu’il a contre lui chancèle et tombe. Celle-ci respira encore quelques secondes…assez pour dire une dernière parole tandis qu’il s’accroupit à ses côté pour être certain que la vie quitte ce corps de rêve.
« Je trouve…que…Bella Muerte…  t’irais parfaite-ment… »
Elle venait de lui donner son nom d’assassin. Rosa rendit son dernier souffle et Ryan sortit son portable pour prendre un cliché du cadavre et l’envoyer directement à Miguel.
« Contrat exécuté. Je rentre. »
Il démonta son arme et la rangea dans la mallette avant de quitter les lieux pour rejoindre Chase qui l’attendait dans le véhicule, garé dans une ruelle, non loin de là.
« Tu en as mis du temps, frérot.
-Elle avait une dernière volonté avant de mourir.
-Quoi ? Baiser avec toi ?
-Ouais. Mais j’ai refusé. »
Chase glissa un trait d'esprit sur le fait qu'elle n'avait pas pu voir l'ampleur de la bête, ce à quoi Ryan lui demanda de démarrer en lui donnant une tape sur le derrière du crâne. Chase sourit et démarra, direction le QG.

Recommandation.
La réputation des frères Ortiz n’était plus à faire, au point que Miguel en vint à les recommander à l'un de ses contacts au Japon, officiellement propriétaire d'une concession automobile, mais revendant les bolides du trafic de voiture de luxe que lui fournissait la Sangre de la Rosa, ainsi que d'autres. Mais si Miguel en arrivait en point de se séparer de ses deux fils adoptifs, c'était parce que son gang allait être bientôt démantelé, suite à un mouchard infiltré et que Ryan avait dû refroidir.
Les deux groupes qui faisaient affaire depuis des années, avaient convenu de faire passer les jumeaux au Japon grâce à des Visa de travail et seraient ainsi officiellement employés par la société du concessionnaire automobile. Leur départ se ferait donc en toute légalité, même s'ils devraient bien sûr également officieusement travailler dans le trafic de voitures.


Information


Autre chose :
As-tu bien lu le règlement? : Oui
Comment as-tu découvert ce forum? : Je suis une ancienne qui fait son grand retour (Taylor)
C'est quoi ton avatar ? : Daryl Ortega des jeux Is It Love - Carter Corp : Matt.
As-tu lu les manga Love Pistols ? : Y a une paie mais oui
Regardé les OAVs ? : Oui aussi :3
Changerais-tu quelque chose? :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Pistols RPG :: Présentation des personnages :: Les fiche des thérianthropes-
Sauter vers: