RSS
RSS


Forum NC18 - Contient de la violence et de l'érotisme.
 
Le printemps est là. Il fait encore frai et il ne vaut mieux pas se découvrir malgré les premiers rayons du soleil qui percent derrière les nuages, mais il est possible de commencer à apprécier la douce vision des cerisiers en fleur~
Après pourtant de douces années de tranquillité maintenant par les Justiciers, les inquiétudes planent à nouveau sur la ville.
Des gens disparaissent, des cadavres sont retrouvés. Une nouvelle drogue fait son apparition sur le marché. Plus puissante, elle
mène cependant à la mort. Est-ce le Lycoris Sanglant qui est à l'origine de cette drogue ? Non... Quelque chose de pire se prépare...
Alors ?

 :: Présentation des personnages :: Les fiche des thérianthropes :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

R O R Y ♦ I'm not a pet !

avatar

Race : Canidé - Pitbull bleu - Petit gabarit
Date d'inscription : 12/07/2018
Sort avec : Hein ?
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Féminin
Messages : 23
Localisation : Dans son trou
Emploi : Racine du LS (Disciple des Justiciers)
Humeur : Bordélique
Dominance : Tu connais les baguettes chinoises ?
Canidé voleur de plaid ••
Voir le profil de l'utilisateur




Rory Nakamura
Canidé voleur de plaid ••
Jeu 12 Juil - 12:01

Rory Nakamura
Marche ou crève.


Prénom : Rory
Nom : Nakamura
Surnom : Ro’ … Quoi qu’évitez quand même. Limite elle préfère quand on l’appelle le shtroumpf colérique.
Date de naissance : 27 septembre, tout comme Samuel Adams. Tu sais pas qui c’est ? Elle non plus… Elle s’intéresse pas vraiment aux philosophes Américains...
Age: : 19 ans
Sexe : C’t une nana. ‘fin.. biologiquement parce que mentalement on y est pas trop !
Origines : Americano-nippone
Nationalité : Américaine et Japonaise. Elle risque de se faire rembarrer pour garder sa nationalité Japonaise quand elle sera majeure mais elle s'en fout, elle s'est toujours sentie plus Américaine que Japonaise.
Orientation sexuelle : Elle aime les cactus /OUT Elle aime pas les étiquettes et se qualifiera plus de « queer ». Elle a des périodes où elle sera plus pansexuelle (sa « phase » habituelle) comme comme parfois elle sera plus hétéro' et à d’autres moments, lesbienne. Ça lui est arrivé d’être skolio’ sur les bords aussi ! Mais la plupart du temps elle s’en fout, c’pas le genre de nana à vouloir absolument sauter sur tout ce qui bouge. Sauf pour sabrer ses relations, mais c'est plus fort qu'elle...
Emploi : A une époque, c’était une petite dealeuse sans importance. Depuis elle s’est faite chopper et foutre la pression par les Justiciers. Maintenant elle travaille pour eux en se faisant passer pour une Racine du Lycori Sanglant. C’est une Disciple donc. Mais qui deale toujours, du coup.
Groupe : Aube… Même si ça n’a pas toujours été le cas et que c’est un peu une position… forcée on va dire !
Race : Canidé – American Pit Bull Terrier bleu (Canis lupus familiaris) – Petit gabarit

Identification


Goût : Autant Rory est la personne la plus casse-couille que l’on puisse connaître niveau caractère, autant quand on se penche sur ses goûts, on s’aperçoit que ces derniers sont… Particulièrement banals. Autant pour une thérianthrope canidé, que pour une jeune femme qui n’a pas encore dépassé la vingtaine. Elle ne supporte pas la chaleur. C’est une fille qui a facilement très chaud et qui par conséquent, à tendance à s’habiller de façon légère, même en hiver ! Enfin… N’allez pas croire non plus qu’elle se balade en maillot de bain en plein mois de janvier, mais un simple blouson lui suffit. À la limite, s’il fait vraiment froid elle mettra des mitaines et un keffieh, mais c’est tout. Les bonnets qu’elle met sont plus une parure, que pour un réel intérêt de garder sa chaleur. Nan vraiment, elle déteste la chaleur. Déjà qu’elle a naturellement chaud et que c’est un radiateur sur pattes, lui donnez pas une raison de transpirer comme une sauvage. Après, elle est plus le genre à se balader à poil dans son appartement pour réguler sa température, plutôt que d’éteindre le chauffage. Même si, quand il fallait qu’elle tienne ses comptes et surveille ses factures, c’était ce qu’elle faisait. 

Après, qu’elle ne supporte pas la chaleur ne fait pas qu’elle aime le froid pour autant ! Elle aime bien quelques rafraîchissements pour compenser, certes, mais c’est pas non plus une friande de la saison d’hiver ! Le froid, elle s’en fiche surtout et peut s’en accommoder. En partie grâce à sa nature de canidé, mais pas que. Elle a tout simplement un métabolisme qui marche trop bien. C’est également une ado comme les autres, qui passe énormément de temps à traîner devant son ordinateur, que cela soit sur les réseaux sociaux, les forums de discussions, les vidéos de chats ou des jeux en ligne ou non, cela dépend du moment. Mais elle a tendance à vraiment trop passer de temps devant son écran à se griller les neurones, la clope au bec. Au point qu’elle peut y passer la nuit entière et ne pas sortir profiter du beau temps dehors. De toute façon, elle ne sort pas vraiment en journée. Quand elle pointe le nez dehors, c’est pour le boulot ou sortir boire un verre et faire la fête. Parce que pour ça, y a du monde, hein ! Au point de faire jouer les contacts qu’elle avait dans sa ville natale, pour se faire faire une fausse carte d’identité pour aller picoler et sortir en boite ! Mais de façon générale, elle est plutôt casanière, mais pas trop non plus ! Il faut qu’elle sorte décharger les batteries de temps en temps, sinon la soupape lâche. 

Car rester enfermer trop longtemps peut vite la faire vriller et tourner tel un lion en cage. Malgré sa glandouille attitude à rester tout le temps sur son ordinateur, c’est une fausse feignasse et elle a besoin de régulièrement se défouler. Et sortir se murger la tronche et un bon moyen de décompresser ! Il a besoin de voir du monde l’animal ! Sinon il déprime très vite.. Heureusement qu’elle a son chien pour lui tenir compagnie, sinon elle déprimerait sévère toute seule… Ouais, son chien, c’est tout pour elle. Malgré son peu de patience et le fait qu’étant facilement à vif, elle peut vite péter les plombs et lui gueuler dessus comme c’est pas permis, quand il fait de la merde. Mais jamais elle ne le frappera son chien, elle l’aime trop pour ça et c’est pas comme ça qu’on dresse un animal. Elle-même ayant eu l’impression du souffrir du manque de reconnaissance de ses parents, elle tente de lui donner tout l’amour dont elle est capable et d’essayer de plus le récompenser quand il fait de bonne chose, que de le punir. Même si parfois, c’est plus facile à dire qu’à faire, il faut le reconnaître… 

Malgré sa méfiance vis-à-vis des autres, Rory aime le contact des gens, se sociabiliser et ne pas être toute seule. La solitude la rend très vulnérable et elle est facilement capable de déprimer. Alors quand elle rencontre de nouvelles têtes, c’est toujours un plaisir pour elle, une fois qu’elle a réussi à outrepasser sa méfiance ! Par contre, elle ne supporte pas les responsabilités ou quand les choses deviennent beaucoup trop sérieuses. Dans ces cas-là, elle a tendance à se mettre la pression toute seule et à faire de la merde. Que cela soit parce qu’elle panique et perd ses moyens, ou bien parce qu’elle va tenter de fuir ces responsabilités par tous les moyens. C’est pour cela qu’elle a beaucoup de mal à garder des relations stables et solides. Car quand cela devient sérieux, arrivent certaines obligations avec. Des obligations qu’elle a peur de ne pas savoir tenir ou qu’elle n’a tout simplement pas envie de tenir. Alors la meilleure solution, c’est la fuite dans ces cas-là. Souvent avec de l’humour, car malgré sa grande-gueule et son côté fouille-merde, en réalité, elle ne supporte pas les conflits.


Caractère : Rory est un animal sauvage. C’est le genre de nana à vif qui se méfie de tout et de rien et qui peut partir au quart de tour pour une raison obscure que personne ne peut comprendre. Oui, à vif est bien un mot pour la décrire. Extrêmement mal dans sa peau et en quête perpétuelle de reconnaissance, c’est le genre à aboyer fort et à mordre pour avoir un peu de reconnaissance. Elle n’a pas forcément eut une enfance malheureuse loin de là, mais a toujours eu le sentiment que ses parents ne la comprenaient pas. Que personne ne la comprenait. A l’école comme à la maison, c’était la gamine turbulente qui foutait le bordel et poussait les adultes à bout. Au point qu’ils ne savaient plus quoi faire d’autre, que de lui crier inutilement dessus. Mais ce qu’ils n’avaient pas compris, c’est que son comportement était un appel au secours. L’appel d’un enfant incertain, qui ne savait pas trop où était sa place et qui avait besoin qu’on le réconforte. Alors cet enfant teste les barrières de sécurité qu’on lui a posées pour voir si elles sont solides et malheureusement, la perte de sang-froid des parents lui montre qu’ils ont échoués au test. Oui, drôle de façon de faire, mais l’être humain est un animal bien compliqué.

C’est pour cela que la jeune femme peut revêtir plusieurs facettes. Surtout celle de la grande gueule qui aura toujours quelque chose redire. Qui râle pour la forme. Elle est chiante et casse les burnes de beaucoup de monde, la Rory. Mais même avec le temps, elle ne sait toujours pas s’exprimer correctement pour prouver son besoin de soutien. Elle a peur de se dévoiler. Parce que si elle le fait, elle a tendance à facilement se donner complètement aux gens et attend qu’ils fassent de même. Elle idéalise ses relations et cela fini toujours par une immense déception. Du coup, elle a mis un mur entre elle et les autres et ne s’attache que rarement. Trop peur qu’on se moque d’elle, trop peur de passer pour une faible. Et ça, elle ne l’accepte pas. Elle n’est pas vraiment tendre avec elle-même et place parfois la barre trop haute. Avec elle, ça sera soit l’excellence, soit rien. Mais elle n’a pas confiance en elle. Alors elle préfère ne rien tenter et rester dans la médiocrité. Au moins, elle se rassure en se disant que si elle n’y arrive pas, c’est parce qu’elle ne se donne pas l’effort de le faire. Alors que si elle s’y mettait pleinement, mais que par malheur elle échouait, elle serait capable de s’effondrer comme un château de cartes.

Alors elle se protège. C’est bien dommage, car au fond, elle en a des capacités ! Ses parents n’ont cessé de le lui répéter quand elle était gamine, de façon plus ou moins encourageante, plus ou moins exaspérée, quand ils étaient à cours de patience face au cas de leur fille. Elle s’était tellement mise la pression par rapport à son diplôme de fin d’études, qu’elle en était arrivée à un stade où elle avait cessé toutes révisions, pour être sûre d’avoir une bonne excuse pour si elle le ratait. Elle l’avait naturellement raté. Et même avec toute la patience du monde, ses parents avaient eu du mal à rester psychologue sur l’action. Et encore moins quand elle avait décrété que les études n’étaient pas faites pour elle et qu’elle arrêterait donc, sans avoir eu son diplôme de fin de lycée. Elle est comme ça Rory. Tellement exigeante envers elle-même, qu’elle préfère ne rien tenter, plutôt que de se décevoir elle-même si elle n’y arrive pas. C’est un peu le même cas avec ses relations, toutes superficielles. Elle préfère rester à l’écart pour ne pas être blessée si cela en vient à se terminer, plutôt que de vivre pleinement une relation. Amicale ou amoureuse. Mais surtout amoureuse. Elle sabre ses chances elle-même, en allant voir ailleurs, même !

Mais ça ne l’empêche pas de paraître amicale et particulièrement sympathique, quand vous avez réussis à passer outre sa gueule de bouledogue tueur quand elle vous voit pour la première fois et vous regarde avec méfiance. Car elle peut se dérider très vite, une fois mise en confiance -et parfois au bout de trois bières- ! Vous verrez même vite que derrière son masque associable du premier abord, c’est une personne assez égocentrique qui parle facilement d’elle pour tenter de prouver sa valeur aux yeux des autres ! Mais elle n’en reste pas moins une personne marrante et attachante, quoi que légèrement vulgaire sur les bords et qui a du mal à ne pas balancer des blagues graveleuses à tout bout de champ. Un peu lourde, certes, mais pas méchante. Il a juste besoin d’attention, l’animal. Et choquer verbalement est une autre méthode pour tester les barrières de sécurité. Mais vous pouvez très vite la prendre de court en reconnaissant sincèrement sa valeur… Toujours habituée à faire la mariole pour qu’on la remarque et pour étouffer son manque de confiance en elle, elle a très vite l’impression qu’on se fout de sa gueule ou qu’on lui fait des compliments juste pour lui faire plaisir.

Rarement violente avec les autres, elle reste une personne très impulsive, capable de se blesser elle-même ou les autres sur un excès de colère, que ça soit volontairement ou non. Il lui arrivait parfois par le passé de s’automutiler pour se défouler physiquement ainsi que psychologiquement de son mal-être interne, mais elle bien vite cessé après la quinzaine passée et a découvert une échappatoire bien plus classe par le biais des piercings et des tatouages. Rory est une jeune femme avec un trouble de la personnalité limite non diagnostiqué et il est rare qu’on la compare réellement aux « clichés » du genre. Seules les personnes un peu trop psychologues sur les bords et fan de psychanalyses non-demandées peuvent s’en douter et encore ! Les quelques lignes sur la définition de wikipédia seraient plus du genre à la faire rire et à simplement balancer que ce n’est qu’une coïncidence, plus qu’autre chose. Et puis elle n’aime pas rentrer dans des cases et se laisser définir par un mot. Sans parler qu’avouer ouvertement qu’elle est borderline est pour elle, comme se mettre en avant et ça lui donne l’impression qu’elle se vante intérieurement d’être « spéciale », d’avoir quelque chose de plus que les autres. Et ça, son manque de confiance ne peut pas l’accepter. Alors elle préfère plutôt la thèse de la coïncidence, ça lui semble beaucoup plus crédible.

En résumé, Rory c’est la meuf cheloue toute seule au fond du bar et qui te fait peur parce qu’elle a une tête de tueuse, mais qui se déride dès que la glace est brisée et tu découvres à la place une grande gueule rigolote, qui en fait peut-être un peu trop pour paraître naturelle et qui se la raconte, juste pour cacher son manque de reconnaissance. Le genre de nana que tu vois bien comme un bon pote en soirée avec qui déconner et faire les quatre-cents coups (surtout pour piquer des plots et panneaux de signalisation au retour des bars) mais qui a toujours l’air de prendre tout à la légère, comme si elle cherchait à ne pas trop s’impliquer… Plus tu la connais et plus, effectivement, tu vois qu’elle a une certaine réticence à réellement s’ouvrir aux autres et a plus tendance à s’enfuir grâce à des plaisanteries, plutôt qu’à être sincère et à s’attacher aux autres. Et que quand elle commence effectivement à s’attacher, ça peut être tout ou son contraire : Soit elle mène une relation très forte avec la personne quitte à s’oublier elle-même, soit elle prend peur et fait une bêtise qui va tout détruire. Et malheureusement, c’est souvent la seconde option qui prime.


Physique : De façon générale, la métisse ressemble à tout et rien à la fois. Mesurant un mètre soixante-huit, elle n’est pas particulièrement petite et a plutôt hérité des gènes de sa mère, de ce côté-là. Elle ne paraît pas bien épaisse non plus, mais il ne faut pas s'y fier. Il pèse son poids l’animal, avec ses soixante-quatre kilogrammes toute sèche et juste en portant un slip. Ça lui arrive parfois de regarder derrière elle s'il y a pas son clebs qui mettrait pas une patte sur la balance pour lui faire un coup foireux. Mais non. Pourtant elle n’est pas bien épaisse… ‘fin pas tant que ça. Elle a des épaules et, contrairement à pas mal d’autres nana, a des trapèzes assez développés. Probablement dues aux années de waterpolo qu’elle a pu faire par le passé. En revanche, elle a des bras pas bien épais, qui donnent l’impression de pouvoir se casser d’un rien. Elle supporte pas cette sensation et met pas mal de bracelets à la con, tel des poignets de force, une ribambelle d’élastiques multicolores qui ont des formes cheloues quand on les enlève, comme c’était la mode à une époque, ou autre. Elle s’obstine à en mettre toujours plein de trucs sur ses bras. Même si ça ne fait paraître ses avant-bras que plus fins.

Pourtant à part ça, elle fait pas vraiment maigre. Une poitrine pas très développée qu’elle a la flemme d’enfermer dans des soutiens-gorges hors de prix. La plupart du temps, elle ne met carrément rien, ou à la limite, des brassières de sport complètement usées et qui ne tiennent rien. Elle aime pas les soutif, ça l’étouffe. Et elle n’a rien à soutenir de toute façon, avec son humble bonnet B qui lui convient parfaitement. Si elle en avait des plus gros, on n'arrêterait pas de lui dire qu’il faudrait absolument qu’elle mette des soutif pour pas qu’ils tombent. Elle a un piercing d’ailleurs, sur sa poitrine. Au téton gauche. Sur un coup de tête et pour faire gueuler du monde elle avait décidé qu’elle se ferait les deux seins, mais après la douleur du premier, avait clairement refusé de faire le deuxième ! Et puis un, ça lui convient parfaitement après réflexion. Ça fait asymétrique, ça stresse les perfectionnistes et c’est encore mieux comme ça. Si on descend plus bas, on voit qu’elle n’a pas une taille très marquée. Un peu comme une brique en fait. Probablement dû à son léger rembourrage, parce qu’elle n’est pas du genre à manger sainement. Quand elle pense à manger, du moins.

Son postérieur par contre, c’est autre chose ! Ça doit être la seule chose dont Rory est fière. Un arrière-train ferme et bien rebondit, qu’elle n’hésite pas à mouler parfois dans des jeans, quand elle se sent d’humeur désirable ! Ce qui n’est pas tant que ça au final, quand on compare au nombre de fois où elle va se balader dans des jeans trop grands pour elle, piqués à des potes, les treillis militaires et les pantalons de survêtement. Hormis ses quelques élans de « coquetteries » de temps à autre, la colorée a plutôt tendance se glisser dans des vêtements amples et confort. Enfin… Quand je parle de coquetteries, faut pas s’imaginer qu’elle va sortir l’attirail du style robe/jupe et talons ! Nan, chez elle ça sera plutôt un top moulant avec l’un des rares soutifs qu’elle aura (si elle ne s’amuse pas à ne rien mettre du tout), et un jean tout aussi moulant ! Lui en demandez pas trop à l’animal non plus… Par contre elle peut se maquiller facilement ! Ouais c’est le contraste. Elle est capable de s’habiller quotidiennement comme un sac, mais par contre, avec son trait de liner sur la paupière et son mascara en même temps, ça la dérange pas. C’est aussi le genre de nana à se ramener sans hésitation en kigurumi au KFC du coin parce qu’elle a eu la flemme de se rhabiller pour sortir. Venez comme vous êtes, les gars ! Merde, c’est pas la bonne enseigne…

Elle a la peau blanche de son père, c’est un fait. Plus blanche tu meurs. Le genre à pas du tout aimer le soleil et qu’il y a intérêt à mettre la masse de crème solaire si tu veux mettre un orteil dehors. Ça tombe bien, Rory est plutôt de ceux qui sont enfermés devant leur PC alors qu’il fait un temps radieux dehors ! Ses parents la traitaient de vampire plus jeune. Et à quatorze ans, ça l’aurait pas dérangée d’en devenir un… Comme la plupart des filles pré-adolescentes de son âge, qui rêvaient d’être mordue par un roux aux yeux dorés… Nan, elle était plus True Blood que Twilight en fait. Et puis bon… même maintenant, elle sort toujours pas vraiment. Ou du moins, pas à l’heure où le soleil est le plus haut dans le ciel ! Plutôt le soir… Pour boire, faire la fête et faire son petit business. Elle en garde les marques d’ailleurs, avec ses cernes bien violacées sous les yeux. Yeux qui sont le parfait mélange de sa bi-origine. Sa peau blanche n’est pas la seule chose que lui a refilé son père, mais également la forme bridée de son regard. Bon, pas autant qu’un Asiatique pure souche, mais on voit qu’elle n’est pas non plus une caucasienne pure. Associé à ça le fait que ses prunelles sont bleues, nous avons-là un curieux mélange qui en intrigue quelques-uns. Même si elle n’aime pas qu’on la fixe.

Contradictoire pour une fille qui a les cheveux bleus. Oui, bleus. A l’origine châtains foncés comme papa et maman -enfin un truc sur lequel les deux étaient similaires- elle a volontairement accidentellement (dans cet ordre-là) jeté un pot de décoloration dessus, avant de se les teindre en bleu. Elle n’a pas vraiment hésité sur la couleur. Ni vraiment réfléchi non plus d’ailleurs. Elle voulait juste un truc qui sorte de l’ordinaire, comparé aux nombreuses personnes ayant les cheveux rouges ou blancs et surtout, faire gueuler ses parents. En contrepartie ? Ses cheveux sont de la pailles maintenant. Et comme elle n’est pas vraiment du genre à se faire des masques sur les cheveux tout le temps pour les entretenir et leur rendre leur douceur… Bref, ils sont complètement niqués et elle passe la moitié de son temps avec un bonnet sur la tête. Soit un bonnet gris ou noir tout con, soit avec un bonnet noir avec des cornes, soit un orange flashy avec deux gros yeux qui ressemblent aux yeux des Minions, dessus. Elle a les oreilles percées également. Entre helix, conch, et j’en passe… Elle est une vraie passoire comme dirait sa mère ! Mais elle assume complètement.

Elle a également un piercing sur la langue, bien qu’elle passe plus de temps à avaler les billes en caoutchouc, casser celles en plastique et s’exploser l’émaille dentaire avec celles en acier, qu’à faire autre chose avec. Ce piercing, elle l’insulte copieusement tous les jours et le garde juste pour le principe et pas donner raison à ses parents. Elle est tatouée aussi. Sur les côtés et le bras droit. La première fois, elle n’était pas encore majeure et elle avait du faire des pieds et des mains pour trouver quelqu’un qui avait accepté de la tatouer. Un type franchement pas recommandable, vu qu’il avait accepté de tatouer une mineure sans l’accord de ses parents. Et pas très délicat non plus. L’idiote s’était faite tatouer son signe astrologique sur le poignet. Un truc insignifiant qui ne prouvait que son désir de faire comme pas mal d’autres gens parce que « se faire tatouer, c’est trop cool. » Ses parents l’avaient littéralement démontée quand ils s’en étaient rendu compte. Puis avaient abandonné par la même occasion. Et quand on a commencé à goûter aux tatouages, on a du mal à s’arrêter par la suite ! Et c’est pour cela que maintenant elle a presque la totalité de l’épaule et du bras droit de tatoué et qu’elle n’est pas prête de s’arrêter.


Révélations


Histoire : Elle est née aux États-Unis, d’une mère thérianthrope pitbull d’origine américaine, et d’un père singe, japonais. Ses parents n’étaient pas tous jeunes quand Rory a pointé le bout de sa truffe, son père travaillant dans une grande entreprise de la Silicone Valley depuis quelques années et s’étant parfaitement bien adapté au mode de vie occidental, avant de rencontrer sa mère. Ils avaient tous les deux la trentaine bien faite, quand ils se sont rencontrés et on commencés à se fréquenter. Trois ans plus tard, ils décidaient d’aménager ensemble, deux ans après ils se mariaient et encore un an plus tard, sa mère était enceinte de la sale gosse ! Elle ne savait pas si elle allait mettre au monde un singe ou un thérianthrope tout comme elle, pensant probablement plus à la seconde option, mais elle s’en fichait pas mal, tant qu’elle pouvait fonder une famille avec l’homme qu’elle aimait. Et c’est ainsi que Rory apparu dans leur vie, petit ver de terre à l’apparence d’un chiot aux yeux de sa maman, petit ver de terre à l’apparence d’un bambin pour son père. 

Contrairement à maintenant, Rory n’était pas difficile et ne passait pas son temps à pousser ses parents à bout. Elle faisait ses nuits et c’était ses parents qui étaient obligés de la réveiller pour l’allaitement, avant que les seins de madame n’explosent. Le nombre de fois où monsieur Nakamura a regretté de ne pouvoir poser les mains sur les pommes rondes de sa femme, mais que cette dernière râlait dès qu’il y posait un doigt, tellement ils étaient douloureux sous les montées de lait… Alors qu’à l’accoutumé, elle avait de petits seins qu’elle transmettrait plus tard à sa fille, c’était une torture pour l’homme de ne pouvoir en profiter. Mais il avait une autre occupation maintenant, courir après un chiot énergique qu’il ne voyait pas ! Car même si elle était sage, qu’elle soit à quatre pattes, deux pattes et deux bras ou autre, elle restait une gamine très vive pour son âge ! Elle commença à marcher assez tôt et parler tout aussi vite ! Enfin, quoi qu’il aurait été plus adapté de dire « crier » plutôt que de parler… Elle en avait des poumons la gamine ! 

Les problèmes arrivèrent dans les alentours de ses quatre ans. À cet âge-là, elle était intenable. Et autant, plus petite il était amusant et mignon de la voir courir partout, autant cela en devenait usant, si on y ajouter sa voix haut-perchée qui hurlait à tout bout de champ pour communiquer. Mais le plus épuisant était sa continuelle remise en question de l’autorité de ses parents. Pourquoi ne devait-elle pas courir dans la maison ? Pourquoi devait-elle arrêter de crier ? En quoi c’était mal de tirer les cheveux de la fille des voisins ? Pourquoi elle devait aller se coucher alors qu’elle n’avait pas sommeil ? Pourquoi elle devait manger ses épinards ? De toute façon qu’elle les mange ou pas, les petits enfants du Mexique ne les mangeraient pas pour elle, donc qu’est-ce qu’ils s’en fichaient ? Pourquoi devait-elle contrôler son aura ? Pourquoi c’était mal de se transformer quand elle voulait jouer avec Dylan, son amoureux de l’école primaire ? Parce que oui, lorsqu’il fallu qu’elle commence à apprendre le contrôle de son aura, ce fut compliqué. Elle n’en voyait pas l’utilité et n’y arrivait pas… 

Elle fit des efforts au début, mais à cette époque-là elle était déjà très susceptible et se vexait si elle n’y arrivait pas du premier coup. Du coup, elle avait tenté de se contrôler, mais en ne voyant pas rapidement les progrès, elle avait laissé tomber, jusqu’à la fin de l’école primaire. Ne voulant pas se ridiculiser devant les autres enfants thérianthropes qu’elle aurait pu croiser au collège, elle avait mis les bouchés doubles dans son coin pour arriver à se contrôler. Le pire, c’est qu’elle n’avait pas eu plus de difficultés que cela pour apprendre à se contrôler… Mais elle n’en avait jamais eu la motivation. Et c’était ça qui avait profondément épuisé ses parents durant toute son enfance. Une gamine qui avait des capacités, mais ne les exploitait pas. D’abord par manque de patience et susceptibilité, s’étant toujours sentie agressée par la moindre remarque depuis toute petite, puis par manque de confiance en elle. Bien qu’il était supposé que sa susceptibilité d’enfant étant la manifestation de son manque de confiance d’adolescente. Et rien ne s’arrangea quand son père fut promu à un poste plus important et qu’ils durent déménager au Japon, à Kumamoto. 

Son père fut content de retourner dans son pays natal ! Et se fut l’occasion pour Rory de rencontrer ses grands-parents paternels qu’elle n’avait jamais vu en vrai ! Elle n’eut pas trop de mal à se faire à la langue, ayant été élevée avec le Japonais de son père, en plus de l’Américain de sa mère -ce qui ne l’empêchait pas de n’avoir que des notes médiocres en cours d’anglais… Elle parlait l’Américain et non l’Anglais après tout !- mais au niveau de la culture… Ce fut un tout autre problème. Elle n’arrivait pas à se faire aux conventions de ce pays ou encore leur rapport si tabou à montrer son aura… Et puis le collège, c’était la pire période pour s’adapter après un changement de pays. Les gamins cherchaient leur personnalité et n’étaient franchement pas tendres entre eux. Rory en souffrit beaucoup et se referma considérablement sur elle-même. C’est à partir de ce moment-là qu’elle commença à se méfier des autres et à ne plus vouloir s’ouvrir, souffrant beaucoup trop des attaques extérieures au point de n’être même plus capable de voir les personnes qui tenaient à elle. 

Son manque de confiance en elle s’accentua et elle partit complètement en vrille. Prisonnière de son mal-être, elle commença à se scarifier, pour se défouler. Ses parents s’en rendirent naturellement compte, mais cela n’arrangea pas les choses. Ils voulaient qu’elle leur parle, elle voulait qu’on la laisse tranquille. Ils n’avaient jamais réussi à la comprendre et elle avait toujours eu une impression d’abandon, qu’on ne s’occupait pas assez d’elle.. Et pourtant, en tant que fille unique et trésor de ses parents, rares étaient les moments où ces derniers ne s’étaient pas occupés d’elle ! Mais elle n’arrivait pas à le voir… Son manque de confiance en elle et les moqueries des élèves l’empêchaient de le voir et elle rentrait de toute façon, dans une période où personne ne pouvait la comprendre. La crise d’adolescence s’installa, les notes chutèrent suite à son décrochage scolaire et les engueulades avec ses parents se firent de plus en plus fréquentes. Et ça ne s’arrangea pas lorsqu’elle réussit enfin à passer au lycée. Entre écoles buissonnières, nombreuses soirées en faisant le mur, les faux-papiers fais par des copains, l’odeur de tabac dans sa chambre et les bouteilles d’alcool planquées sous son lit, tout était sujet à se disputer avec ses parents. 

Les piercings commencèrent, faisant hurler ses derniers. Eux qui avaient contribué à créer un si beau corps, voilà qu’elle le massacrait en faisant des trous partout dedans ! Et quand elle passa au tatouage, rien ne s’arrangea. Mais quand elle rata son examen de fin de scolarité et décréta qu’elle arrêterait les études qui n’étaient pas pour elle, ce fut la goutte de trop pour eux. Ils abandonnèrent. Bien sûr, ils hurlèrent, mais que pouvaient-ils réellement faire contre leur fille ? Elle restait leur enfant et ils l’aimaient. Et malgré toutes les menaces qu’ils avaient pu lancer, jamais ils ne pourraient mettre leur gamine à la porte. Mais ils n’eurent pas à le faire. Car même si la pitbull ne s’était pas donné les moyens de réussir ses études, elle ne supportait pas de rester chez elle à ne rien faire, à vivre au crochet de ses parents. Alors elle commença à chercher divers petits boulots, jusqu’à pouvoir partir de chez ses parents et vivre toute seule. Mais ce n’était pas simple… Pour se payer un petit studio miteux, elle fut obligée de cumuler plusieurs boulots en même temps… 

Ce qui n’était clairement pas possible pour ses nerfs. Alors elle choisit la solution de facilité et commença à cultiver quelques plantes et à dealer, pour se faire de l’argent rapide et facile. Elle commença à vivre tranquillement avec ça. Certes, elle ne roulait pas sur l’or, mais avec une certaine tendance économe, elle arrivait à payer son loyer et de quoi manger… Elle s’offrit même un chien ! Corniaud croisé porte et fenêtre qui vint combler sa cruelle solitude. Car elle ne se faisait pas vraiment d’amis dans sa vie d’indépendante. Enfin, elle se faisait quelques « amis » mais pas vraiment des personnes à qui parler de ses histoires de cœur et pleurer sur leur épaule. Non, juste des potes avec lesquels boire. Elle eut quelques relations, jamais sérieuses et ce n’était jamais le grand défilé des conquêtes chez elle, de toute façon. De temps en temps, elle ramenait quelqu’un ou finissait chez quelqu’un, mais cela restait rare et ne durait rarement plus d’une nuit. Et les personnes avec qui cela devenait trop sérieux, elle prenait peur et faisait quelque chose d’irréfléchi qui détruisait le début de bonheur qui commençait à se construire. 

Oui, sa vie était tranquille à la colorée. Mais cela ne dura pas. Elle commença à s’attirer des problèmes à cause de ses activités, alors quand cela commença à chauffer un peu trop, elle prit ses clics et ses clacs et partit. Elle ne réfléchit pas trop à où elle allait atterrir, mais son chemin s’arrêta à Kyushu. Là, elle pensait recommencer sa vie en tentant d’abord de trouver un petit boulot tout simple et sans trop d’embrouilles, mais son passé et ses mauvaises habitudes la rattrapèrent. Petit à petit, elle se remit à dealer pour arrondir ses fins de mois. D’abord que de temps en temps, juste comme ça… Puis de plus en plus souvent. Jusqu’à ce qu’elle se frotte à plus gros qu’elle. En débarquant ici la fleur au fusil, elle ne s’était pas renseigné sur les maîtres des ruelles du coin et se mangea une belle correction entre les dents. Elle n’eut d’autre choix que d’accepter de travailler pour le Lycoris Sanglant en tant que leur dealeuse, si elle voulait continuer à faire sa petite activité, ou même simplement, pour qu’on la laisse en paix… Ce ne fut donc pas vraiment par choix qu’elle accepta, mais cela aurait pu être pire. 

Jusqu’à ce que les Justiciers lui tombent sur le dos. Un piège à la con. Elle bossait en traînant dans une ruelle isolée, comme à son habitude. Attendant que des clients viennent à elle pour réclamer leur dose. Ça avait été le cas cette fois-ci aussi, un client était venu et avait demandé ce qu’elle avait de plus fort. Elle aurait probablement dû se méfier. On l’avait embarquée dès qu’elle avait sorti sa marchandise. On l’avait plaquée au sol, menottée et cagoulée avant qu’elle ne soit emmenée dans un lieu inconnu et qu’on lui retire cette dernière. Rory n’était pas une dure à cuire. Elle avait un peu joué les grandes gueules au début, mais avait vite craché le morceau. Et puis, elle n’était pas une mauvaise personne, elle cherchait juste à survivre dans le monde dans lequel et s’était involontairement projetée. Au contraire, c’était une personne juste et droite, malgré son activité. Mais elle restait quelqu’un de très humain. On la menaçait, elle craquait forcément. Elle n’était pas un sur-homme capable de supporter la torture sans broncher. Il avait juste fallu la secouer un peu et lui faire surtout peur pour qu’elle déballe son sac. 

Mais les Justiciers savaient qu’ils ne pouvaient pas la relâcher comme ça dans la nature sans que le Lycoris Sanglant ne lui tombe dessus et ne la supprime pour les avoir balancé. Enfin, "balancer" était un bien grand mot, vu qu’elle n’était qu’un sous-fifre. Mais les Justiciers n’étaient pas des personnes sans conscience qui se fichaient bien de ce qui pouvait arriver aux gens qu’ils étaient sensés protéger. Alors ils décidèrent de l’engager en tant que Disciple. Elle n’avait aucune expérience, mais ils la laisseraient reprendre son travail en tant que Racine en échange d’informations qu’elle pourrait glaner. Et ils s’engageaient à la protéger, notamment en fournissant une excuse par rapport à son embarquement pour l’interrogatoire, ainsi que toutes les fois où elle pourrait possiblement s’absenter pour leur transmettre des informations. Même si pour cela, elle aurait un agent de liaison qui éviterait qu’elle ne soit trop compromise. Alors elle reprit son train de vie quotidien, à traîner sa carcasse dans les ruelles, faisant parfois des soirées ou restant à traîner sur son ordinateur, toujours collée par son chien. 


Informations


Autre chose : Na.
As-tu bien lu le règlement? : … Non '-' *s’enfuit loin ♫*
Comment as-tu découvert ce forum? : Euh.. euh… Un jour j’ai lu un manga… Puis j’ai trouvé ça génial ! Alors j’ai regardé s'il y avait des forums sur le sujet… Mais ils étaient tous morts ! Et puis je voulais faire un nouveau forum. Du coup.. TA-DAM !!!
C'est quoi ton avatar ? : Chloé Price de Life is Strange~
As-tu lu les manga Love Pistols ? : Premier yaoi que j’ai acheté, omg xD
Regardé les OAVs ? : …. 8)
Changerais-tu quelque chose ? : Oui. Moi. /MEURT
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Race : Ours ; Putois de Honshu
Date d'inscription : 04/03/2018
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Masculin
Messages : 30
Emploi : Evangile
Humeur : Grincheux
Dominance : En quoi est-ce important ?
Ours tombé dans le miel ~
Voir le profil de l'utilisateur




Kotaro Kumariki
Ours tombé dans le miel ~
Jeu 12 Juil - 12:39
Oh, la voilà enfin ! =3
Hâte de mettre des coups de tatanes à cette saleté ! 83

___________________

Merci Ichiro =3
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Race : Loup commun (Canis lupus lupus) Moyen
Date d'inscription : 24/05/2018
Orientation sexuelle : Assexuelle
Masculin
Messages : 31
Emploi : Pétale du Lycoris
Humeur : Grognon
Dominance : Qu'est ce que ca peut vous faire ? Occupez vous de vos fesses.
Canidé voleur de plaid ••
Voir le profil de l'utilisateur




Johana Von Schürmann
Canidé voleur de plaid ••
Sam 14 Juil - 11:08
Bonjour ! Bienvenue parmi nous !
J'approuve complètement le choix de l'avatar ~
J'espère que tu te plaira ici :D ♥️ Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Race : Canidé - Pitbull bleu - Petit gabarit
Date d'inscription : 12/07/2018
Sort avec : Hein ?
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Féminin
Messages : 23
Localisation : Dans son trou
Emploi : Racine du LS (Disciple des Justiciers)
Humeur : Bordélique
Dominance : Tu connais les baguettes chinoises ?
Canidé voleur de plaid ••
Voir le profil de l'utilisateur




Rory Nakamura
Canidé voleur de plaid ••
Sam 14 Juil - 19:10
Merci bien ♥️
Vive Chloé Price *^*

___________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Race : Alligator américain - moyen gabarit
Date d'inscription : 22/05/2013
Orientation sexuelle : Pansexuelle
Masculin
Messages : 513
Localisation : Dans un lit si ce n'est pas dans un bar
Emploi : Étudiant/ Musicien free-lance
Humeur : A se divertir
Dominance : Et toi ?
Error 502 : Bad Gator ♪
Voir le profil de l'utilisateur




Matthew Anderson
Error 502 : Bad Gator
Sam 14 Juil - 20:55
Bienvenue jeune Pitbull.~

Tout est bon, bonne chance avec les Justiciers et le LS. ~ ♫


Tu es validé(e).

A présent tu peux aller faire un tour sur le forum pour faire ta fiche de Liens, si l'envie t'en dit, puis ta fiche de Rp, qui te permettra de savoir quels rps sont en cours ou finis ou abandonnés etc.
Tu peux faire une Demande de rang personnalisé aussi, histoire d'avoir un texte différent des autres? Lorsque tu auras au moins 35 messages à ton actif cependant ! Et pense aussi à faire une Demande de logement si tu ne veux pas dormir à la rue~




___________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Pistols RPG :: Présentation des personnages :: Les fiche des thérianthropes :: Les fiches validées-
Sauter vers: