RSS
RSS


Forum NC18 - Contient de la violence et de l'érotisme.
 
L'hiver se passe à Kyushu. Il y neige encore, bien que moins qu'après la période des fêtes. Les températures commencent
à s'adoucir et on commencent déjà à sentir le printemps arriver, bien qu'il ne soit pas encore là !
Après pourtant de douces années de tranquillité maintenant par les Justiciers, les inquiétudes planent à nouveau sur la ville.
Des gens disparaissent, des cadavres sont retrouvés. Une nouvelle drogue fait son apparition sur le marché. Plus puissante, elle
mène cependant à la mort. Est-ce le Lycoris Sanglant qui est à l'origine de cette drogue ? Non... Quelque chose de pire se prépare...
Alors ?

 :: Présentation des personnages :: Les fiche des "singes" :: Les fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Angie Allister

avatar
Race : Humaine donc Singe ~
Date d'inscription : 17/03/2018
Sort avec : /
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Féminin
Messages : 7
Localisation : Peut-être ... Derrière toi ? ~
Emploi : Étudiante en littérature
Humeur : Yandere
Dominance : Plutôt Dominante mais cela dépend
Petit Singe à timbales ☻
Voir le profil de l'utilisateur




Angie Allister
Petit Singe à timbales ☻
Sam 17 Mar - 1:33

Angie Allister


Prénom : Angie.
Nom : Allister.
Surnom : Meito la surnomme souvent "An’".
Date de naissance : Un 10 mars.
Âge: : 22 ans.
Sexe : Angie est ici la version fille d’un de mes personnages de roman du même nom. ~
Origines : Son père était à la base Anglais, ayant déménagé au Japon car il adulait ce pays, et changé son prénom pour s’adapter (d’où l’origine néanmoins de son nom de famille). Comme elle est née en Angleterre (ses parents étant à ce moment en visite prolongée chez la famille du côté de son père), les deux ont décidé de lui donner un prénom du coin, bien qu’ils soient ensuite repartis vivre au Japon. Elle a donc des origines Anglo-nippone.
Nationalité : Les parents d’Angie ont tous deux la nationalité Japonaise et même si elle est née en Angleterre, elle a elle-même la nationalité Japonaise.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Emploi : Actuellement en Seconde année de Master de Littérature.
Groupe : Je pense qu’Angie ferait partie du groupe de la Nuit, surtout pour son histoire avec Mana et son père.
Ascendances : Ses ancêtres étaient des singes eux aussi.

Identification



Goûts : - Ce qu’Angie chérit le plus au monde, est nul autre qu’une personne, un dénommé Meito, qu’elle a passionnément aimé des années durant, même si ce dernier ne l’a jamais vue que comme sa meilleure amie. Complètement obsédée par lui, il a jusqu’alors été jusqu’à sa raison de vivre.
- Angie aime beaucoup tout ce qui touche à la technologie, avec les jeux vidéos, le codage, les téléphones. Elle a par exemple appris la science du hacking, ce qui n’est en soit pas très légal, même si elle s’en contrefiche, voulant juste épier tous les faits et gestes de certaines personnes, surtout ses ennemis ou les personnes importantes à ses yeux.
- Côté Littérature, même si elle a surtout été dans cette branche pour suivre Meito, elle aime tout de même écrire de petits textes dans son temps libre, même s’ils parlent souvent d’un amour obsessionnel, voire de meurtres.
- L’étudiante chérit également les moments de calme et de tranquillité, qui lui permettent de se ressourcer et parvenir à retrouver le masque avec lequel elle vit quotidiennement. Pour la même raison, elle n’apprécie guère lorsque les discussions traînent trop en longueur.
- Côté relationnel, Angie n’aime pas ceux qui sont trop extravertis et aimables avec tout le monde, ou enjoués pour rien. Elle trouve ces individus complètement faux et superficiels. De même, elle déteste les bourreaux des cœurs et les gens trop volages, puisque pour elle, la fidélité est une vertu essentielle, sinon la primordiale à avoir.
Elle a tendance à leur préférer des personnes plus sombres et sadiques, un peu comme elles, voire les rejetés de la société (car cela lui fait penser à son propre cas), et les individus plus silencieux, uniquement "aimants" à certains moments, qu’elle juge plus vrais.
- La chose qu’elle hait le plus est peut-être bel et bien l’école, qu’elle juge inutile et ennuyeuse, même si c’est aussi à cause d’une certaine personne qu’elle aimerait abandonner les cours. Elle y travaille juste assez pour avoir son année, même si au fond, elle est assez intelligente pour faire partie de la tête de classe.
- Même si c’est plutôt un tic dû à son instabilité, Angie aime parfois glisser des allusions à la souffrance, la mort, les passions dramatiques au plein milieu d’une conversation, ce qui peut dérouter ses interlocuteurs et la faire passer pour une folle psychopathe, ce qu’elle est, au fond, quand bien même elle aurait préféré être différente, étant donné qu'à cause de cela, elle avait perdu Meito. Aussi, quand elle est énervée, elle aime glisser des "tch." dans ses discussions.

Caractère : Savez-vous ce qu’est un/e yandere ? Car si un terme peut servir à décrire simplement Angie, c’est bien celui-là, même s’il est vrai qu’elle diffère tout de même assez d’eux sur certains points pour ne pas tomber dans le cliché total.
La première chose que l’on peut dire sur Angie, en la rencontrant, est qu’elle est assez distante avec les autres, solitaire. Non pas que cela l’amuse d’être autant à l’écart de la société, néanmoins. En réalité, elle n’aime pas être dans une solitude omniprésente, ayant trop peur de pouvoir devenir un monstre pire que ce qu’elle n’est déjà si elle était totalement livrée à elle-même, simplement … Comme les autres ont tendance à la juger assez bizarre au vu de son air assez vide, elle n’ose pas réellement aller parler à quiconque, ne voulant pas être rejetée. Cela, tout autant que le fait que jusqu’à présent, comme elle avait passé tout son temps avec Meito, elle s’était persuadée de n’avoir besoin de personne d’autre que lui pour être heureuse, alors parler à un individu lambda est devenu pour elle une idée assez ridicule.
Depuis qu’elle l’a définitivement perdu, elle est d’ailleurs devenue plus sombre qu’auparavant, complètement brisée, ses troubles psychologiques prenant de plus en plus le pas sur son esprit. Elle estime ne plus rien avoir d’autre que ses idées noires de vengeance, et a la fâcheuse tendance de se braquer, malgré elle, lorsque l’on essaie de lui parler, apeurée à l’idée de pouvoir être obsédée par une nouvelle personne, autant qu'elle l'était de son ancien compagnon, et finir par la perdre également à cause de ce qu’elle est, ce contre quoi elle se bat au quotidien. En réalité, elle désire même arrêter ses actes criminels une fois qu’elle récupérera son ex petit ami, alors que cela n'arrivera probablement jamais, et qu'elle ne pourra jamais effacer ce qu'elle a jadis fait.
De fait, l’on puis dire que son cœur est assez fermé sur le moment, même si avec un peu d’insistance, peut-être que quelqu’un pourrait réussir à s’y frayer un chemin … Pour le meilleur et le pire, et peut-être bien surtout pour le pire.
Concernant l’idée énoncée juste au-dessus, il y a bel et bien une chose essentielle à retenir sur Angie : lorsqu’elle tombe amoureuse, cet amour vire très vite à l’obsession, la rendant totalement instable, et réveillant ses instincts cruels. Elle devient totalement dépendante de cette personne, n’ayant plus d’yeux que pour elle, ce qui la rend parfois assez effrayante tant elle devient insistante, et est prête à tout pour la faire sienne, quitte à jouer les stalkeuses, ou devoir kidnapper et droguer cet individu pour le rendre docile et le soumettre à ses désirs. Elle n’accepte pas le "non", et est prête à devoir tuer tous les prétendants de celui qu’elle aime, pour qu’il ne puisse plus se rabattre que sur elle. Elle sera néanmoins douce avec cette personne, tant que celle-ci voudra bien lui être fidèle, la plus aimante possible à son égard.
Pour autant, même si le concept d’amitié lui est encore à ce jour assez étranger, Angie pourrait très bien finir comme une amie loyale pour une personne quelconque, car son affection pour elle ne serait pas suffisante pour devenir de l’obsession amoureuse. Néanmoins, elle n’accepterait d’être l’amie que de quelqu’un qui serait à-même de comprendre et accepter ses agissements passés et présents sans la dénoncer, ne voulant guère cacher ce qu’elle est … Et si cette personne désirait l’aider à accomplir sa vengeance auprès de Meito et son mari, ce serait bien évidemment encore mieux. Il faut aussi savoir que si cet ami est plutôt une personne peu fréquentable, elle ne rechignerait pas à l’aider à accomplir des méfaits, tant que ces derniers sont dans ses cordes. Assez influençable et naïve tout de même, elle pourrait bien se faire manipuler durant un temps indéterminé … Mais une fois qu’elle s’en serait rendue compte, les conséquences pour celui qu’elle jugerait comme traître seraient terribles.
Enfin, nous pouvons préciser qu’avec les personnes qu’elle n’aime pas, Angie est sans pitié. Frôlant très vite l’insolence, voir l’exécrabilité, même avec ses professeurs, elle est capable de tout faire pour leur rendre la vie compliquée, voire impossible, ce qui est son but suprême, tout en s’arrangeant bien sûr pour toujours respecter la limite du raisonnable et ne pas être renvoyée, ce qui lui permet de continuer ses méfaits dans le dos des autres. Au vu de tout cela, elle pourrait bien finir par se retrouver un jour à joindre un gang de malfrats.

Physique : Que peut-on dire d’Angie, à part qu’elle est plutôt le genre à passer assez inaperçu ? Sa plus grosse particularité est sans doute la couleur bleu marine de ses cheveux assez longs -elle les a teints ainsi, car elle aime beaucoup cette nuance, semblable à la couleur du ciel la nuit-, ondulés, qui retombent dans le milieu de son dos. Ses yeux, eux, sont d’un noisette presque doré, une teinte assez courante, mais demeurent très souvent vides de toute émotion, rendant impossible de savoir à quoi elle pense.
Le seul bijou de l’étudiante est un petit collier avec une perle bleu clair, qu’elle a toujours autour du cou, ne s’en séparant que lorsqu’elle dort. Elle le chérit tant qu’elle pourrait facilement paniquer si elle le perdait, puisqu’il lui a été offert par Meito, comme cadeau d’anniversaire alors qu’ils étaient encore petits. Elle en a tant pris soin, que même des années plus tard, la pierre est presque comme neuve, même si de petites griffures sont tout de même visibles à cause de l’usure du temps et du frottement sur ses habits.
Côté vestimentaire, Angie porte souvent, quand elle juge qu'il fait assez froid -c’est-à-dire quasi toujours hors de l’été, comme elle est assez frileuse-, une veste petite veste noire avec de la fourrure au niveau du col, qui lui donne un air un poil ténébreux. Par-dessous, elle porte la plupart du temps un pull ou t-shirt, soit de couleur crème, soit rouge. Pour le bas, elle se revêt toujours d’un slim noir, qu’elle glisse sous des bottes de cow-boy assez élégantes de la même teinte.
Plus généralement, l’on peut dire d’elle qu’elle a juste les formes qu’il faut pour être classée dans la moyenne de ce côté. Mesurant 1m63, elle n’est pas très grande, même si ce n’est pas un problème à ses yeux, puisque cela, ainsi que sa légère maigreur -elle ne mange pas tant que cela- lui permettent de se faufiler plus facilement si elle doit filer une personne sans être vue, ou même de passer dans des passages plus étroits.
Enfin, si ses yeux sont toujours vides, il est utile de préciser qu’Angie arbore souvent un sourire assez froid et faux sur son visage, voulant juste le faire passer comme suffisamment aimable pour que personne ne se pose de questions, et puisse deviner le monstre qu’elle est parfois. Il est très rare qu’elle ne sourie vraiment d’une joie sincère, et lorsque son masque tombe, soit elle affiche une mine totalement neutre, impassible, soit ses lèvres se tordent en un rictus assez inquiétant, cruel, bien malgré elle, tant elle est incapable de véritablement se contrôler.

Révélation



Relations : (juste pour éclaircir un peu l’histoire)
Chinami Allister – La mère d’Angie, avec qui elle s’entendait assez bien autrefois. En apprenant la vraie nature de sa fille, et la mort de son époux, elle s’est enfuie, l’abandonnant derrière elle. Elles ne se sont jamais revues depuis.
Raito Allister – Le père d’Angie. Ils entretenaient des relations assez amicales, jusqu’au jour où il a reproché à sa fille ses agissements envers Meito, qu’il avait finalement appris. Il finira tué par son enfant.
Meito Kaitiaki – Ami d’enfance d’Angie, dont cette dernière est follement amoureuse. Etudiant dans la même classe qu’elle, il fut son petit ami durant un temps -par une relation non consentie-, mais a finalement été sauvé par celui qui est devenu par la suite son époux. An’ rêve toujours de réussir à le récupérer, en tout cas pour le moment.
Monsieur Kaitiaki – Un des professeurs de Angie et Meito, qui s’est marié avec ce dernier. Un homme qu’An’ rêve d’assassiner, sans pour autant y être parvenu jusqu’à présent.
Mana Leri – Sœur jumelle d’un dénommé Kuro Leri, c’est l’ancienne petite amie de Meito, qu’Angie a froidement tuée.

Histoire :
Qui suis-je véritablement ? Depuis quand suis-je donc devenue un monstre ? Moi-même, je ne le sais pas très bien. Je sais simplement qu’avant de l’avoir rencontré, lui … Ma vie n’avait aucun sens, et que j’étais une fille complètement vide de tout sentiment, de toute émotion. C’est grâce à lui que j’ai pu devenir une véritable personne … Même si c’est aussi lui … Qui m’a fait devenir ce que je suis aujourd’hui. Alors laissez-moi donc vous raconter mon histoire, ou non, nôtre histoire … Celle d’une jeune yandere, et de sa pauvre victime.


« Hm … E-est-ce que … J-je peux … Me mettre ici … S-si ça ne te dérange pas ? Le professeur dit que … Nous devons tous … Etre par deux. »

C’était cette voix, si hésitante et pourtant si douce à mes oreilles, qui avait suffi à débuter mon histoire, écrivant la toute première réplique de celle-ci. Un beau matin, au plein milieu du mois de Décembre, alors que je venais tout juste d’arriver dans une ville Japonaise du nom de Kyushu, celui où mes parents résidaient avant d’aller en Angleterre quelques années avant ma naissance, elle avait réussi à briser la monotonie de cette journée. J’étais déjà là depuis une semaine, mais pour autant, jamais personne ne m’avait seulement approchée à l’école maternelle, un peu comme s’ils n’avaient aucune considération pour les étrangers, ou que justement, ils désiraient mettre ceux-ci à la porte, même si au fond … Peu m’importait, puisque j’avais pris l’habitude d’être isolée dans mon coin. C’était peut-être cela … Qui m’avait alors poussée à simplement hausser les épaules pour toute réponse à sa question, et accepter sur un ton assez neutre.
Ce n’était qu’après avoir entendu le jeune garçon à mes côtés tousser un certain temps, à intervalles assez réguliers, que je ne m’étais finalement décidée à me tourner vers lui. Le visage assez pâle, il avait d’assez grosses cernes sous ses iris d’un gris presque blanc, et un air fatigué était peint sur ses traits. Ses cheveux, eux, étaient d’un joli violet lavande -visiblement, ses parents les lui avaient teint ainsi-, et encadraient à la perfection sa tête, retombant en des boucles assez indisciplinées. En tout cas, il ressemblait presque à un ange, si on omettait qu’il était visiblement assez mal en point.

« Qui es-tu ? » finis-je par demander avant même de m’en rendre compte, et il se tourna vers moi, semblant un poil surpris que je lui aie parlé, même s’il répondit sans faire de difficulté, quelques secondes plus tard.
« M-Meito … Kaitiaki … » bredouilla-t-il, peinant un peu à prononcer correctement son nom de famille, et même déjà à ce moment-là, je trouvai sa façon de se comporter, sa timidité et même ces hésitations sur les mots, totalement adorable. « E-et toi … ?
- Angie Allister. » me présentai-je en lui adressant un léger sourire, ce que je ne me rappelais même pas avoir déjà fait à une quelconque occasion de ma vie d’enfant auparavant. - « Dis … Tu es sûr et certain que tout va bien ? » ma propre sympathie me troubla moi-même, mais loin de s’offusquer, l’étranger se contenta de sourire, bien que ce soit très, très légèrement.
« J-je suis juste … Un peu … Malade … J-j’ai déjà raté l’école … Une semaine … Je ne pouvais … Manquer plus …
- Si tu le dis … » marmonnai-je, avant de complètement me désintéresser de lui. A ce moment-là, j’étais bien loin d’encore réaliser qu’il allait vite devenir la personne la plus importante à mes yeux …


Les jours suivants furent assez longs et monotones. Longs car nous ne faisions rien de très intéressant en classe, et monotones car il ne se passait rien de bien notable. La seule chose qui égayait un peu ces journées, étaient peut-être la présence de Meito, qui était revenu s’asseoir là, du côté fenêtre. Même si celui-ci ne disait jamais rien en-dehors des salutations quotidiennes, toujours très poliment, passant le plus clair de son temps à contempler l’extérieur avec un air rêveur, juste avoir une présence à mes côtés me suffisait. Et puis … Sa compagnie n’était pas déplaisante. Parfois même, j’avouerais avoir souhaité qu’il me parle, même s’il ne décrochait jamais un mot, et s’enfuyait dès que la récré ou la pause de midi arrivait, sans que je ne sache où il allait. Par un beau mardi, néanmoins, pour une cause quelconque, je m’étais néanmoins décidée à le suivre, assez inquiète, puisqu’il avait eu l’air beaucoup plus perturbé que d’habitude durant tout le cours, au point de ne même pas écouter un seul mot du professeur, et ne pas avoir réagi lorsque ce dernier l’avait interpellé pour lui demander de répondre à une question.
C’était ce jour-là, alors que je le trouvai en train d’être harcelé par certains élèves mesquins de la classe, qui profitaient de sa faiblesse et son innocence pour tenter de lui ravir son goûter, qu’un déclic se fit dans mon cœur. Alors que dans un acte de bravoure que je ne me connaissais pas, je sautai entre eux pour m’interposer, et que les autres, surpris, s’enfuirent à toute vitesse, Meito avait tourné des yeux remplis de larmes vers moi.

« Pourquoi t’être laissé faire ? Pourquoi ne pas avoir parlé de ça à un adulte ? » lui avais-je demandé, un peu énervée, malgré moi, envers nos camarades.
« Parce que … Mère … Dit que je ne dois pas ennuyer les autres … Avec ça … Elle dit … Que je suis ridicule …
- Ridicule ? » même si ce mot ne rentrait pas dans mon vocabulaire, trop jeune pour cela, je marmonnai. « … Eh bien, je resterai avec toi maintenant. Je ne laisserai plus faire ça, promis ! » avais-je dit, un sourire sur le visage, alors qu’il m’avait contemplée avec incrédulité, et un peu d’incompréhension. Cette promesse … Etait ce qui avait sonné le tout début, entre nous.


Après cela, et aussi niaisement que pouvait avoir commencé une histoire entre deux enfants, nous étions tous les deux devenus inséparables. Meito ne parlait certes que très peu, mais nous apprîmes bien vite pour autant à nous connaître. Je faisais le plus clair de nos discussions, alors assez curieuse sur le monde, la ville de Kyushu et ses origines, et il répondait à ce qu’il savait. Dès que nous apprîmes à lire, nous nous plongeâmes dans les récits de la bibliothèque à ces sujets, jusqu’à ce que notre curiosité fût assouvie, et notre quotidien se poursuivit tranquillement. Du moins … Avant que le même groupe qu’à l’école maternelle, alors que nous avions désormais neuf ans, qui n’avait toujours pas digéré la perte de leur petite victime, tente de s’en prendre à moi pour se venger.
Dans ce but, ils étaient arrivés par derrière, et l’un d’eux m’avait sauté dessus pour attraper mes bras et m’empêcher de bouger, alors qu’un autre s’approchait en proférant des insultes … Que je n’entendis même pas. Pour ainsi dire, leur brusque violence m’avait fait complètement perdre la tête, et j’écumais soudain d’une rage incontrôlable, avec une brusque envie de me débarrasser d’eux, peu importe par quel moyen. Peut-être était-ce à partir de là que j’étais devenue un semblant de monstre, je ne l’ai jamais su, mais toujours était-il que si une certaine personne n’était pas intervenue pour me sauver de là, peut-être aurais-je fini par me montrer très cruelle avec eux, de quoi les faire regretter d’avoir voulu s’en prendre à nous.

« L-laissez-la ! » avait crié nul autre que Meito, qui paraissait, pour la première fois de sa vie, autre chose qu’un jeune garçon effacé. « B-bande de lâches … A trois contre elle … Vous … »

Après cela, mécontents de l’intervention, nos ennemis essayèrent de s’en prendre à lui … Mais heureusement, un professeur passa au même moment, nous sauvant la vie, en les convoquant dans son bureau. Et une fois seule avec Meito, sans même comprendre ce qui m’arrivait ou pourquoi je faisais cela, je me précipitai soudain droit sur lui pour l’enlacer avec force, et l’embrassai, juste une seconde, avant de le relâcher, un sourire aux lèvres pour le voir, totalement perdu.

« M-mais … Q-qu’as-tu … Qu’as-tu fait … ? » bredouilla-t-il, incertain.
« Merci de m’avoir sauvée … Mei’. » répondis-je simplement.
« M-mais … J-je n’ai … Rien pu faire …
« Mais si ... Tu es mon héros. » rétorquai-je, un peu moqueuse. Peut-être était-ce là, que j’étais tombée follement amoureuse de lui.


Suite à cet incident, bien des années s’écoulèrent. Pour autant, même si nous étions toujours aussi proches, je m’étais rendue compte au fil du temps que cela ne me suffisait plus, que je voulais bien plus encore de lui. Ne sachant pas ce qu’étaient ces sentiments, je les avais cependant tus jusqu’à présent, convaincue que le moment venu, il m’en parlerait certainement de lui-même. Je me contentai donc de le suivre partout, et même de passer bien des journées de libre chez lui. Pour autant, un jour, il oublia l’un de nos rendez-vous. Aussitôt terrifiée, puisque dès que cela touchait à lui, je paniquais pour un rien, je m’étais précipitée chez lui, uniquement pour le voir occupé à discuter avec une fille aux longs cheveux bleus, accrochée au bras d’un jeune homme aux cheveux violets surmontés d'un joli chapeau de cow-boy marron, que je reconnus comme étant les fermiers habitant en marge de la ville, deux personnages connus pour être totalement bizarres, ce pourquoi ils étaient isolés. Curieuse, comme à l’ordinaire puisqu’il s’agissait de Meito, je m’approchai alors pour tenter de les écouter.

« Ecoute, Meito, tu dois être prudent d’accord ? Cette fille est l'une de ces singes dont on nous parle constamment, elle ne doit pas apprendre que … » disait la fermière -sans que je comprenne pourquoi elle m'insultait avec ce mot, alors que pour elle, c'était juste une appellation basique pour les gens comme moi- lorsque soudain, son mari l’interrompit.
« Hum … Crys’ … Q-quelqu’un … Nous observe … » marmonna-t-il, et je m’étonnai qu’il ait pu me repérer, puisque j’étais assez bien dissimulée.
« Très bien, alors nous partons. A bientôt, toi, nous finirons par nous revoir, un jour ou l’autre. » dit-elle, avant de sortir, le fermier accroché à elle.
« Au revoir … Monsieur … Madame … Jewel. » bredouilla mon ami d’enfance, avant d’afficher une mine surprise lorsque j’arrivai soudain devant lui. « A-An’ … ? T-tu as … Entendu … Quelque chose ? » demanda-t-il, semblant visiblement paniqué.
« Non. Je peux savoir pourquoi tu étais avec Tsuki et Crystal Jewel, Mei’ ? Que caches-tu donc ? Je peux le savoir, non ? » dis-je, sur un ton plus furieux que je ne l’aurais voulu, et il se crispa sensiblement à mes propos.
« R-rien … Juste que … J-je ne suis pas exactement comme … Toi … » murmura-t-il, avant de soupirer. « Non … J-je ne peux … Rien te dire de plus … Je suis désolé … » soupira-t-il tristement. « T-tu n’es pas … Cette personne … »


Pour ainsi dire, des années plus tard, lorsque j'eus dix-huit ans, je n’avais toujours pas réussi à le faire dire le fin mot de l’histoire. Sitôt que j’essayais de lui reparler de la discussion que j’avais interrompue, il se crispait, et refusait de répondre plus. Troublée, je ne pus que devenir plus collante encore avec lui, observant le moindre de ses faits et gestes pour trouver la faille. Mon obsession pour lui, cet amour totalement fou et enfantin, grandissait encore … Mais ce conte de fée s’acheva bien vite, lorsqu’arriva cette pimbêche de Mana Leri, avec son frère jumeau Kuro, dont les parents avaient finalement décidé de revenir à Kyushu suite à un long voyage en France, débuté juste l'année de ma naissance.
Pour bien faire, Mana, une fille assez solitaire également, que je trouvais exécrable dans sa façon de parler puisqu’elle était assez froide, sèche et donnai plus souvent des injonctions qu’autre chose, avait fini par s’éprendre de Meito, même si à mon humble avis, son prétendu amour pour lui était falsifié, et qu’elle ne faisait que de le manipuler. Déjà qu’elle m’énervait au plus haut point, la voir ainsi tenter de me ravir mon compagnon -je m’étais persuadée qu’après tout ce que nous avions partagé, il l’était- me mis hors de moi. Tant et si bien que je finis par faire la pire erreur de ma vie, probablement, et piquer une véritable crise de jalousie, que celui aux cheveux violets avait été bien à des lieux de comprendre, avant de lui annoncer froidement qu’il devait choisir entre elle et moi, mais que je n’accepterais pas de continuer ainsi … Et évidemment, il avait dit qu’il ne voyait pas pourquoi il devrait se décider à se séparer de sa meilleure amie ou de la personne qu’il "aimait", puisque "nous n’avions rien à voir toutes les deux au sein de son cœur, et qu’il ne désirait en perdre aucune".
C’était après ces mots, qu’il avait réussi à briser mon cœur, une première fois, me faisant basculer vers les ténèbres. Son aveu m’avait emplie d’un besoin irrépressible de torturer lentement ma rivale, la faire glisser peu à peu vers les flammes ardentes de l’Enfer, jusqu’à ce qu’elle se repentisse … Et après cela, de lui donner le coup de grâce.
La violence de ces sentiments négatives, cette haine, cette rage de vaincre, et cette folle envie de le posséder, encore tous nouveaux pour moi, m’avaient cependant alors fait fuir plutôt qu’autre chose, terrifiée à l’idée de devenir ainsi une criminelle, et j’avais enfin accepté la proposition de mes parents pour déménager un temps, retourner en Angleterre, ce qu’ils désiraient depuis quelques temps … Même si mon impétuosité allait me conduire à ma fin, ce que j’ignorais encore à l’époque.


La suite de l’histoire, revient à mon retour à Kyushu, trois ans plus tard, au plein milieu de l’année scolaire. Mes parents, même s’ils aimaient l’Angleterre, avaient fini par regretter leur ancienne ville, et visiblement, m’avoir vue déprimer tous ces longs jours, les avait convaincus de retourner là-bas. Car j’avais passé chaque seconde, de chaque heure, de chacune de ces journées interminables, à compter le temps depuis lequel j’étais séparée de lui, à me demander s’il avait finalement repoussé Mana, si je lui manquais, à ce que j’aimerais faire subir à cette fille à cause de qui j’en étais là … Pas un seul instant, Meito n’avait quitté mes pensées corrompues, alors que mon esprit sombrait de plus en plus dans les ténèbres et la haine, ce qui avait pourtant été loin de mon but à l’origine.
Lorsque nos retrouvailles arrivèrent enfin, mon cœur battait à tout rompre, et je me sentais voltiger sur un petit nuage, persuadée qu’il serait ravi de me revoir, et peut-être même, que je lui aurais tellement manqué qu’il se jetterait sur moi pour m’embrasser, et me dire de ne plus jamais partir sans lui. Pour autant … Si ses yeux pétillèrent de joie lorsque je le saluai après tout ce temps, et qu’il me demanda où j’étais passée, et ce qu’il m’était arrivé, que nos discussions lui avaient manqué … Ce fut tout. Pas assez pour moi.
Après cela, nous passâmes toute la matinée, et le midi, à parler de tout ce qui s'était passé au cours de ces années où ne nous étions pas vus – même si, pour une fois, il en eut plus à dire que moi. Ce ne fut que lorsqu’il n’eut plus rien à raconter d’autre qu’il aborda le sujet fâcheux : Mana. Et en un instant, tous mes espoirs furent réduits à néant, lorsqu’il m’annonça qu’ils sortaient ensemble. La nouvelle m’avait tellement chamboulée que je me relevai précipitamment de la table, envoyant par la même voler ma chaise plus loin dans ma brusque colère, sous le regard totalement perdu de Meito, qui sembla bien déboussolé, et se répandit en excuses, même si j’étais persuadée qu’il n’avait toujours pas deviné mes sentiments, pourtant tellement évidents. Toujours est-il qu’après cela, encore une fois, je recommençai à l’éviter un peu, mais cette fois … Cette fois, la situation était différente.


« Flash spécial : Nous apprenons en direct le meurtre d’une jeune fille résidant à Kyushu, dénommée Mana Leri. A ce jour, les circonstances de son décès demeurent encore inconnues, nous ignorons s’il s’agit d’un assassinat, d’un suicide, ou d’un accident, mais la police mène l’enquête. Veuillez continuer à suivre les informations pour en savoir davantage. »

Ce soir-là, toutes les chaînes parlaient de cet événement, même si honnêtement, ce n’était pas le premier meurtre dans le coin, alors j’ignorais pourquoi ils en faisaient ainsi tout un pataquès – quoique c’était peut-être parce que pour une fois, cela ne semblait pas être le fait du plus grand groupe criminel, le Lycoris Sanglant ? En tout cas, si tout le monde débattait avec un peu d’inquiétude quant à cette mystérieuse disparition, ce n'était pas mon cas, et de loin. Au contraire, je m’affairai dans un petit laboratoire abandonné, juste en marge de Kyushu, avec un grand sourire sur le visage, occupée à laver les preuves de mon méfait. L’arme de mon crime, un petit couteau, je l’avais brûlé dans l’âtre de la cheminé, après l’avoir nettoyé soigneusement. Couverte du sang de celle qui avait jadis était ma rivale, je riais, d’un rire cruel mais pourtant joyeux, complètement démente. C’était la première fois que je tuai quelqu’un, et j’avais pour ainsi dire passé des mois sur le dark web, à récupérer des armes et discuté de la meilleure méthode pour l'assassiner sans que la police ne puisse un jour se rendre compte que j'étais la meurtrière, alors que tout se soit passé sans accroc me rendait vraiment hilare, tellement que j’avais l’impression que tous mes soucis s’étaient soudain envolés dans le néant, alors qu’ils ne faisaient pourtant que de commencer.

« Tu vas enfin, enfin être mien, pour toujours et à jamais. Depuis le temps que j’attendais cela … Meito m’appartient bel et bien, désormais ! » m’écriai-je en sautillant partout, heureuse, convaincue d’avoir remporté la victoire.


Pour autant, des mois après cela, Meito resta insensible à toutes mes tentatives pour le séduire. Je faisais tout ce que l’on pouvait attendre d’une petite amie, pourtant, mais il demeurait désespérément muet à toutes mes approches, continuant à déprimer pour la mort de cette fille qui était pourtant, selon moi, une nuisance. Je finis par me lasser de ce petit jeu, jugeant qu’il avait assez duré, et lorsque par un beau soir de juillet, je le vis qui traînait dans la rue, je lui sautai directement dessus, sans qu’il ne me repousse, habitué à ces étreintes. Alors, je lui proposai de venir chez moi, afin de jouer un peu à nos jeux vidéo favoris, et il accepta évidemment, n’ayant visiblement toujours pas compris le monstre que j’étais, ou du moins que j’étais devenue. C’était alors que j’avais décidé de le droguer pour le rendre soumis à mes désirs, sachant fort bien que mon futur petit ami ne supportait pas toutes ces substances illicites … Et il m’avait fait confiance, scellant ainsi son destin, et faisant de moi la plus heureuse des filles au monde.

« Mon chou, je t’aime tellement … Bien plus que cette imbécile. Et même si tu n’es pas amoureux de moi pour le moment, tu finiras par le devenir … Et alors, tu me remercieras d’avoir fait tout cela … Je t’aime, et tu seras à moi éternellement, désormais ! »


Ces mois où nous avions pu être ensemble, avaient été pour moi un havre de bonheur et de paix, quand bien même il ne cessait d’essayer de me faire comprendre plus ou moins explicitement qu’il ne m’aimait pas, qu’il ne me rendait jamais mes étreintes, ni mes baisers, et se contentait de verser quelques larmes lorsque j’allais plus loin avec lui, le faisant mon amant sans me soucier d’avoir son accord. Je savais pertinemment qu’il était effrayé par moi, il n’y avait qu’à voir son air paniqué lorsqu’il me voyait, et son manque de réactions dans ces moments. J’avais deviné qu’il avait peur que je m’en prenne à sa famille s’il me quittait, et c’était vrai que cette menace m’arrangeait assez, même si j’aurais aimé qu’il finisse par devenir plus doux et aimant avec moi … Ce qui ne fut malheureusement jamais le cas, même après que j’aie fait graver un A au fer rouge dans son cou, pour montrer qu’il m’appartenait.
Pour autant, puisqu’il fallait bien que tout fût gâché par une tierce personne, arriva un nouveau professeur de littérature anglaise. Si je passerai les détails de tout ce qu’il s’était passé, ce dont il faut se rappeler est que dans mon propre dos, aidé par deux de ses amis, un dénommé Mizuo Kairi, et Kuro Leri, le frère de Mana, cet homme avait fini par m’arracher Meito, qui était tombé fou amoureux de lui -bien plus que de cette idiote, malheureusement-, et que les deux avaient fini par commencer à vivre sous le même toit, un palace bien gardé, m’empêchant de m’y rendre, alors qu’il était constamment sous la garde de Kuro à l’école … Tout cela par la faute de mon père.
Pour tout expliquer, ce dernier avait fini par trouver, je ne sais comment, des preuves comme quoi j’aurais forcé mon compagnon à être avec moi, contre son gré, et m’avait dérangée, un jour alors que j’avais enfermé Meito dans une pièce pour tenter une énième fois de le faire m’aimer. Raito Allister, puisque c’était son nom, m’avait contrainte à abandonner l’étudiant derrière moi car il désirait me parler, et j’étais partie, en oubliant de fermer la porte à clé derrière moi, persuadée que mon petit ami ne partirait pas puisqu’il n’était pas dans un très bon état à ce moment-là. Alors que mon père me faisait une leçon, j’avais été prise d’une brusque crise, et l’avait grièvement blessé, ce qui l’avait tout droit envoyé à l’hôpital, même si j’étais persuadée qu’il ne me dénoncerait pas avec cette agression. Et pourtant …Tout allait prendre une tournure, bien pire que tout ce que je n’avais pu imaginer au préalable.


Lorsque je rentrai au petit laboratoire abandonné, en larmes à cause de ce que j’avais dû faire à mon propre père, alors que je tenais à lui, que j’aurais voulu ne pas avoir à le blesser, mon cœur me sembla se briser totalement lorsque je vis que Meito n’était plus là. Avec l’impression que mon monde perdait ses dernières couleurs, je me mis à l’appeler non-stop, jusqu’à enfin, recevoir un SMS, un SMS qui m’anéantit totalement.

« Ne cherche pas à savoir où je suis. Angie … C’est fini, tu ne me récupéreras plus jamais. Ne me considère plus ni comme ton petit ami, ni comme quoi que ce soit d’autre. Nous ne sommes définitivement plus rien … L’un pour l’autre. Je suis désolé. » avait-il écrit.

Dans un état lamentable, j’avais alors accompli la seule chose que je pensais qu’il me restait à faire, me sentant totalement perdue : rejoindre l’hôpital, pour au moins vérifier que mon père allait mieux … Je n’aurais jamais dû. Sitôt que j’arrivai, j’entendis une voix familière, qui jetait.

« Je te promets que je ne te mens pas, Chinami. Crois-moi, j’aurais préféré me tromper … Mais notre fille est complètement psychotique et folle … Le mieux à faire … C’est de la dénoncer à la police. Il vaut mieux qu’elle soit placée là … Avant de pouvoir faire plus de mal à quiconque, et surtout à ce Meito … » c’était mon propre père qui parlait ainsi de moi, et ces mots, durs, me firent me figer sur place, alors que mon air se vidait totalement de toute émotion.
« Raito … Tu sais que j’ai envie de te croire, mais je ne sais pas … Angie est notre fille, et je ne suis pas sûre qu’elle soit réellement capable d’une telle chose … Du moins pas sans raison … Elle …
- An’ est malheureusement devenue un monstre, tu ne pourras rien y changer, que tu le veuilles ou non. Regarde dans quel état je suis … Même au vu de cela, tu ne veux pas arrêter de te faire des illusions sur elle ? Nous avons toujours su que son état mental était assez … Défaillant. Il est peut-être l’heure d’arrêter de nous voiler la face sur son compte ?
- Je … Je ne sais pas … Ecoute, je vais y réfléchir, d’accord ? Je reviens vite … J’ai juste besoin … D’un peu de temps pour réaliser la chose … »

Après cela, j’entendis des bruits de pas dans la chambre. Ne voulant pas être vue par ma mère, surtout vu la discussion que je venais de surprendre à mon sujet, j’eus juste le temps de m’éloigner un peu, me mettant dans un couloir connexe à celui-ci, avant qu’elle ne sorte de la petite pièce. Après cela, j’attendis qu’elle se fût éloignée, dans la direction inverse de là où je me trouvais, vers la sortie de l’hôpital, et que l’endroit fût un peu plus désert, avant de passer la porte derrière laquelle se tenait mon père, la fermant via le petit verrou, pour que l’on ne puisse pas être dérangés -au cas où une personne quelconque aurait voulu rentrer-. Dans la petite salle de bain attenante à la chambre, j’allumai la petite douche, pour simuler le fait que mon père était en train de se laver, ce pourquoi il ne voulait guère avoir de visiteurs – même si c’était aussi pour couvrir le bruit de ses cris, si jamais il tentait d’empêcher mes futurs gestes ...

Une fois ces choses faites, je le rejoignis finalement, uniquement pour voir qu’il s’était redressé sur les couvertures. Mon regard noisette se porta aussitôt sur les fils reliés à des machines, qui traînaient ça et là, sur ses bras, pour lui apporter le sang que mon couteau lui avait fait perdre en trop grande quantité. Totalement perdue dans mes ténèbres, je m’approchai, alors qu’il me regardait en fronçant les sourcils.

« Que fais-tu, Angie ? Comptes-tu me tuer pour me faire taire ? » me questionna-t-il, n’ayant manifestement pas peur de moi. « Tu serais incapable d’aller jusqu’au bout. Tu peux encore … Te repentir, tu n’es pas obligée … D’en arriver là.
- Ne me fais pas rire … Papa. » marmonnai-je, sur une voix totalement glaciale, bien loin de celle que j’employais ordinairement. « Tu ne me connais même pas. Ne prétends pas savoir ce qu’il y a de bien, pour moi ! Sache que je n’irai pas en prison, jamais … Du moins, pas avant m’être vengée de ceux qui m’ont pris Meito, jusqu’au dernier … En commençant par toi ! »

Après cela, avant même de pouvoir réfléchir à ce que je faisais, à la rationalité de mes actes, je tirai d’un coup sec sur les fils le reliant aux machines, m’assurant de juste les toucher avec les manches de ma veste, histoire que mes empreintes digitales ne s’y déposent pas, puis attendis, regardant avec un air tout à fait calme son agonie, tandis qu’il se mourait lentement. Au bout d’un moment, je finis machinalement par me diriger vers la salle de bain pour éteindre la douche, afin de pouvoir me concentrer sur les bruits du couloir et vérifier que personne ne s’approchait. Lorsque je revins dans la pièce et jetai un regard vers le lit, je vis que Raito Allister n’était plus … Enfin. Malgré moi, le fait que tout fût fini me soulagea d’un poids, même si j’étais assez triste de l’avoir perdue.

« Adieu … Papa. » marmonnai-je sur une voix totalement impassible, avant de rattacher tant bien que mal les fils à la machine en me servant une fois de plus de mes manches, les bras soudain tremblants.

Après cela, je dus me forcer à aller rouvrir le cadenas de la porte, puis prit place sur la chaise à côté de la sienne, et appuyai sur le petit bipper, qui servait à appeler les médecins. Le temps que ceux-ci, occupés avec un autre patient auparavant, n’arrivent, je m’étais mise à pleurer incontrôlablement, laissant enfin échapper ma peine pour mon père, qui m’arrivait seulement après avoir commis l’irréparable, et pour la perte de Meito. Ma mère, arrivée en même temps qu’eux, poussa tout le monde, et se précipita vers moi pour me secouer par les épaules.

« Que s’est-il passé ? Angie ? Réponds ! » hurla-t-elle, alors que tous les médecins s’affairaient autour de mon père, pour essayer de le sauver, même si c’était déjà trop tard.
« J-je ne sais pas … M-maman … Quand je suis arrivée … Il était déjà comme ça … Alors j’ai appelé les médecins … » prétendis-je, faisant en sorte que ma voix tremble à cause de mes sanglots, et même si elle parut assez dubitative, elle ne prononça aucun mot.
« Nous sommes désolés … Nous ne pouvons rien faire. Raito Allister est mort. » déclara finalement un infirmier, un air navré sur le visage. « Nous allons devoir mener une enquête pour savoir à quoi est dû son décès, Mesdames, pouvons-nous vous demander de sortir, s’il vous plait ? » nous demanda-t-il ensuite, et je m’exécutai, alors que ma mère semblait encore toute chamboulée.
« Rentre à la maison, Angie. » me commanda-t-elle. « Je t’appellerai quand on aura du nouveau. » dit-elle, et j’acquiesçai, un poil triste, avant de partir.

Pour autant … Ce fut la dernière fois que je la vis. J’ignorai où elle était partie, mais elle n’était jamais revenue à la maison après ce jour. En tout cas, comme je n’eus jamais de souci avec la police par la suite, je supposai qu’elle avait dû fuir et se refaire une vie ailleurs, loin de moi … Tout ce qui importait alors, était qu’elle ne m’ait pas dénoncée aux autorités, peu importe si c’était par pitié pour moi ou parce qu’elle était effrayée.


Et c’était comme cela, juste comme cela, que mon histoire avait brutalement pris une autre tournure, bien loin d’être celle que j’envisageais, que j’espérais. Ainsi, que j’étais devenue une tortionnaire, psychopathe sans plus vraiment d’émotions, haïe par tous ceux qui m’avaient un jour aimée, sans plus personne à mes côtés. La suite de l’histoire, reste désormais encore à écrire, alors … Sera-t-elle tout autant tragique, ou le bonheur pourrait-il encore attendre quelqu’un tel que moi, envers et contre tout … ? Telle est la question.

Information


Autre chose : J’espère que mon personnage conviendra bien évidemment, et je promets d’essayer d’être aussi active que possible même si avec les cours (et aussi avec les histoires & romans que j’écris et qui occupent la grande partie de mon temps c’est vrai) c’est parfois assez compliqué.
Je suis désolée aussi pour mes pavés, j’ai tendance à soit en faire trop, soit pas assez, j’espère que le tout conviendra tout de même, j’ai essayé de tout rendre assez compréhensible pour bien expliquer pourquoi Angie est ce qu’elle est (ou ce qu’il est, puisqu’à la base il est un garçon dans mon roman où il est le principal antagoniste x)).
As-tu bien lu le règlement ? : Bien sûr, on se doit toujours de le faire avant de s’inscrire, ou du moins avant de se présenter ~
Comment as-tu découvert ce forum ? : Grâce à Gaël, mon ami IRL qui me l’a conseillé, tout simplement ^^.
C'est quoi ton avatar ? : Chihaya Kisaragi de The idolM@STER (d’ailleurs, un grand merci à Gaël, qui m’a fait mon avatar xD).
As-tu lu les mangas Love Pistols ? : Pas encore, mais j’ai regardé un peu le résumé, je compte m’y mettre quand je le pourrai.
Regardé les OAVs ? : Idem.
Changerais-tu quelque chose ? : Je ne sais pas trop, vu que je ne connais pas réellement le tout ^^’.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du déguisement de l aura ♥
Race : Félidé ♥ Tigre de la Caspienne (officiellement tigre du Bengale)
Date d'inscription : 06/07/2010
Sort avec : Han, j'en ai tellement ♥ Hein, qui ça ? Akira ? Euuuuh j'appellerai pas vraiment ça comme ça...
Orientation sexuelle : Homosexuelle
Masculin
Messages : 2084
Localisation : Va savoir ~
Emploi : Médecin thérianthropique & Pollen chirurgien du Lycoris Sanglant
Humeur : Libertine ~
Dominance : Dominant (et parfois ambivalent forcé)
Sexy Carpette♥
Voir le profil de l'utilisateur




Ichiro Kagome
Sexy Carpette
Sam 17 Mar - 1:51
OMG une femme HUMAINE !!!!
BIENVENUUUUUUUUUUUE !!! Ça faisait TRÈS longtemps que nous n'en avions pas eu ! 8D

Je m'en vais lire ta fiche demain au réveil ! (Parce que là je devrais dormir, si quelqu'un me choppe ici à cette heure, je le fais déboiter *patapé !* Donc chuuuuut)

En tout cas, j'espère que tu te plairas parmi nous <3
(Je m'en vais tout de même faire tes résa avant de m'enfuir !)

___________________

Je vais te manger Invité ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : Humaine donc Singe ~
Date d'inscription : 17/03/2018
Sort avec : /
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Féminin
Messages : 7
Localisation : Peut-être ... Derrière toi ? ~
Emploi : Étudiante en littérature
Humeur : Yandere
Dominance : Plutôt Dominante mais cela dépend
Petit Singe à timbales ☻
Voir le profil de l'utilisateur




Angie Allister
Petit Singe à timbales ☻
Sam 17 Mar - 13:23
Merci beaucoup ^^ et oui, à la base Angie est un garçon, mais j'ai vu qu'il y avait un fort déficit de femmes, alors j'ai finalement décidé de faire de lui une fille pour le forum xD.
Par contre j'espère que tout sera assez clair pour l'histoire vu que j'ai dû faire un résumé, comme elle était à la base bien trop longue (pour l'histoire avec Meito et Monsieur Kaitiaki, tout ce qui suit l'enlèvement de Mei', j'ai par exemple résumé les 88 pages actuelles du roman en quelques paragraphes -qui sont la toute fin de l'histoire ici-, donc certains points ont forcément été un peu oubliés, mais au pire je pourrai toujours les éclaircir en rp flashback ou quoi s'il faut).
En tout cas, s'il y a la moindre question sur un point spécifique du passé d'Angie qu'il faudrait préciser ou quoi, je m'efforcerai d'y répondre au mieux ^^.

___________________


Merci à Gaël pour le beau kit. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vipère péliade commune (petit gabarit)
Race : Serpentes - vipère péliade commune (petit gabarit)
Date d'inscription : 16/12/2017
Sort avec : Euuuh
Orientation sexuelle : Homosexuelle
Masculin
Messages : 30
Localisation : C'est gentil de vouloir venir me voir, mais... non
Emploi : Barman à temps partiel au Chien Hurlant
Humeur : Hm...
Dominance : Ambivalent
Serpent coureur de jupons ♦
Voir le profil de l'utilisateur




Gaël Cray
Serpent coureur de jupons ♦
Sam 17 Mar - 13:41
Tiens, je savais même pas que tu t'étais inscrite, pourquoi tu me l'as pas dit sur Discord ? ಠ_ಠ
Quoi qu'il en soit, bienvenue à toi, quand même. ~

___________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du déguisement de l aura ♥
Race : Félidé ♥ Tigre de la Caspienne (officiellement tigre du Bengale)
Date d'inscription : 06/07/2010
Sort avec : Han, j'en ai tellement ♥ Hein, qui ça ? Akira ? Euuuuh j'appellerai pas vraiment ça comme ça...
Orientation sexuelle : Homosexuelle
Masculin
Messages : 2084
Localisation : Va savoir ~
Emploi : Médecin thérianthropique & Pollen chirurgien du Lycoris Sanglant
Humeur : Libertine ~
Dominance : Dominant (et parfois ambivalent forcé)
Sexy Carpette♥
Voir le profil de l'utilisateur




Ichiro Kagome
Sexy Carpette
Dim 18 Mar - 12:17
Me revoilà !!! Désolée, ça a pris plus de temps que prévu x.x


  • Pour le groupe ça sera Nuit, pour toi ! Car même si elle n'a plus tué, torturé, etc.. personne depuis un moment, les circonstances atténuantes (sa psychose) ne sont pas suffisantes pour faire passer ça pour un accident et si on lui en donne l'occasion, elle recommencera clairement ! xD

  • Après, l'histoire ! Pas de soucis pour ne pas avoir décrit plus en détail le meurtre de Mana, sachant qu'avec le Lycori Sanglant et les Avengers et, de façon générale, tous les criminels qui se baladent, ça peut passer ^^

    En revanche, c'est plus compliqué pour le meurtre de son père ! Où là, il nous manque des informations pour que cela passe ! Angie éteint la machine d'assistance, ce qui entraîne des complications qui lui seront fatal. Mais cette machine, se trouve dans la même pièce que lui et sa mère, non ? Même si elle craint sa fille, Chinami aurait dû avoir le réflexe de tenter de la rallumer ? A moins qu'elle ne soit trop paniquée et fixée sur la détresse de son mari pour y penser ? Ou alors elle a fait ça sans que personne ne puisse le remarquer ?

    Et puis, il aurait dû y avoir des médecins qui auraient dû intervenir, lorsque les constantes de son père se sont affolées ! Enfin... Certes, ils interviennent pour faire les soins d'urgences, mais ils auraient dû remarquer la machine éteinte ! Non ? Et donc se demander pourquoi elle était éteinte ? Et si sa mère l'a vu faire, elle aurait peut-être dû réagir, non ? Ah moins qu'elle n'ait maintenant trop peur de sa fille, avec ce que son mari lui a dit et ce qu'elle vient de faire, pour la dénoncer ? Il n'empêche que les médecins auraient dû se poser des questions, vis à vis de la machine !

    Bref, à décrire un peu plus en détail ce passage, pour regagner un peu de logique ^^



Voilà pour moi ! o/
Peut-être y a-t-il d'autres détails à revoir, mais c'est ce qui m'a marqué pour l'instant (à voir donc ce que Matthew en pense ^^)

___________________

Je vais te manger Invité ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : Humaine donc Singe ~
Date d'inscription : 17/03/2018
Sort avec : /
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Féminin
Messages : 7
Localisation : Peut-être ... Derrière toi ? ~
Emploi : Étudiante en littérature
Humeur : Yandere
Dominance : Plutôt Dominante mais cela dépend
Petit Singe à timbales ☻
Voir le profil de l'utilisateur




Angie Allister
Petit Singe à timbales ☻
Dim 18 Mar - 12:55
Merci Gaël même si je te l'ai déjà dit xD.

Et oui, en fait je suis sans doute passée un peu trop vite sur le passage de la mort de Raito, que j'avais décrit dans le vrai roman, je n'avais pas pensé que ces précisions puissent être importantes alors qu'elles le sont pourtant x).
Dans la vraie version de l'histoire donc, pour l'explication, Meito est présent avec la mère d'Angie lorsque le père fait les révélations (puisqu'il a demandé à ce que Mei' soit présent pour pouvoir s'excuser de ne pas s'être rendu compte plus tôt de ce que lui faisait subir An' et d'autres choses), et après cela, les deux s'éloignent quelques instants pour aller s'asseoir dans un coin, plus loin, car Chinami dit avoir besoin d'un peu de temps pour accepter la réalité, tant les révélations l'ont choquée.
Pendant ce temps, Angie, qui les a suivis, entend la discussion, et elle décide de profiter de leur absence, pour faire taire son père ainsi. A la base, le temps que les médecins se rendent compte des faits et n'arrivent, elle est censée s'être arrangée pour que Raito soit déjà mort (et je pensais que si jamais la machine ne suffisait pas, elle aurait pu par exemple lui faire une injection d'un médicament quelconque trouvé sur le dark web pour être certaine qu'il soit bien mort -par exemple un médicament duquel il était allergique-, même si pour le coup ça fait peut-être un poil trop, ce qui est la raison pour laquelle j'hésite beaucoup pour ça). Après, je ne sais pas si ce que j'ai dit là parait assez crédible, au pire, j'essaierai de trouver autre chose qui soit plus logique si c'est nécessaire x).
En tout cas, pour cette histoire-ci, même si Meito n'est pas à l'hôpital à ce moment, Chinami est tout de même censée s'être éloignée à ce moment pour réfléchir, laissant le temps à Angie de faire son oeuvre, tout cela.

J'ignore si c'est assez clair et crédible, je l'espère, sinon, je changerai quelque chose, mais si tout cela convient comme c'est ici écrit, je pourrai donc rajouter le tout dans l'histoire, pour préciser les faits comme demandé.

___________________


Merci à Gaël pour le beau kit. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du déguisement de l aura ♥
Race : Félidé ♥ Tigre de la Caspienne (officiellement tigre du Bengale)
Date d'inscription : 06/07/2010
Sort avec : Han, j'en ai tellement ♥ Hein, qui ça ? Akira ? Euuuuh j'appellerai pas vraiment ça comme ça...
Orientation sexuelle : Homosexuelle
Masculin
Messages : 2084
Localisation : Va savoir ~
Emploi : Médecin thérianthropique & Pollen chirurgien du Lycoris Sanglant
Humeur : Libertine ~
Dominance : Dominant (et parfois ambivalent forcé)
Sexy Carpette♥
Voir le profil de l'utilisateur




Ichiro Kagome
Sexy Carpette
Dim 18 Mar - 17:54
D'accord x) Il faudrait donc le préciser dans ton histoire, qu'Angie profite que sa mère aille s'isoler pour réfléchir à ce que vient de lui dire Raito, pour débrancher son père !

Cependant, cela n'explique toujours pas pour les médecins ! Ils vont quand même griller que la machine était éteinte, même si sa mère n'était pas là pour l'accuser et vont donc se demander pourquoi elle était désactivée ! L'a-t-elle rallumée juste avant qu'ils n'arrivent (quoi qu'ils vont tout de même voir qu'elle a été éteinte à un moment donné) ? Autre ?

___________________

Je vais te manger Invité ~
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : Humaine donc Singe ~
Date d'inscription : 17/03/2018
Sort avec : /
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Féminin
Messages : 7
Localisation : Peut-être ... Derrière toi ? ~
Emploi : Étudiante en littérature
Humeur : Yandere
Dominance : Plutôt Dominante mais cela dépend
Petit Singe à timbales ☻
Voir le profil de l'utilisateur




Angie Allister
Petit Singe à timbales ☻
Dim 18 Mar - 20:07
Voilà j'ai modifié l'histoire comme demandé, j'ai essayé de décrire au mieux tout ce passage (même si du coup il est assez long, je m'en excuse), j'espère que ça paraîtra assez logique et crédible comme ça, même si au pire, je changerai à nouveau ^^.

___________________


Merci à Gaël pour le beau kit. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du déguisement de l aura ♥
Race : Félidé ♥ Tigre de la Caspienne (officiellement tigre du Bengale)
Date d'inscription : 06/07/2010
Sort avec : Han, j'en ai tellement ♥ Hein, qui ça ? Akira ? Euuuuh j'appellerai pas vraiment ça comme ça...
Orientation sexuelle : Homosexuelle
Masculin
Messages : 2084
Localisation : Va savoir ~
Emploi : Médecin thérianthropique & Pollen chirurgien du Lycoris Sanglant
Humeur : Libertine ~
Dominance : Dominant (et parfois ambivalent forcé)
Sexy Carpette♥
Voir le profil de l'utilisateur




Ichiro Kagome
Sexy Carpette
Dim 18 Mar - 21:16
Pas de soucis ! L'essentiel, c'est que nous ayons toutes les informations pour que ton histoire tienne la route =3
Tout est bon, je te valide ! o/


Tu es validé(e).

A présent tu peux aller faire un tour sur le forum pour faire ta fiche de Liens, si l'envie t'en dit, puis ta fiche de Rp, qui te permettra de savoir quels rps sont en cours ou finis ou abandonnés etc.
Tu peux faire une Demande de rang personnalisé aussi, histoire d'avoir un texte différent des autres? Lorsque tu auras au moins 35 messages à ton actif cependant ! Et pense aussi à faire une Demande de logement si tu ne veux pas dormir à la rue~




___________________

Je vais te manger Invité ~
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Love Pistols RPG :: Présentation des personnages :: Les fiche des "singes" :: Les fiches validées-
Sauter vers: